samedi 16 septembre 2017

[Interviews] C. S. Ringer

Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est C. S. Ringer qui nous rejoint sur le blog.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour C. S. Ringer et bienvenue sur Amabooksaddict,
 
 


1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je suis C.S. Ringer (ce n’est pas mon vrai nom, bien sûr), j’ai 26 ans et j’écris des romans et des nouvelles allant du fantastique à la romance, en passant par l’horreur et l’érotisme. Je suis quasiment touche-à-tout ! Les seuls genres auxquels je ne m’attelle pas sont la fantasy et la science-fiction, cela dit je ne ferme la porte à aucune idée !





2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire la première fois ?

J’ai commencé à écrire assez jeune, créer un univers et des personnages a toujours été une passion dévorante et aussi un exutoire, une évasion de la vie quotidienne qui me parait parfois trop fade. Je passais des journées à imaginer des intrigues, des rebondissements, des lieux et des caractères uniques, parce que j’adore inventer des histoires. J’ai commencé à écrire parce que ça me frustrait d’aimer des aventures qui n’étaient pas les miennes, c’était comme regarder quelqu’un manger une glace qui me faisait très envie, mais que je ne pouvais pas avoir. Du coup, j’ai décidé de faire mes propres glaces !

Cela dit je n’ai pas écrit toute ma vie. Au lycée j’avais abandonné l’écriture pour le dessin, mes cours de philo étaient remplis d’esquisses plus ou moins réussies ! Et vers l’âge de 19-20 ans, une idée m’a traversé l’esprit et je me suis dit que ce serait une super bonne idée d’en faire un livre. Et depuis, l’envie ne m’a plus quitté !





3. Pourquoi choisir la publication sur les sites tel que Wattpad et Scribay ? Pensez-vous, un jour, publier votre/vos roman (s) en auto-édition ou tenter l’édition classique ? Qu’est-ce qui vous plait le plus dans les plateformes que vous utilisez pour partager vos/votre écrit(s) ?

Raconter une histoire, ce n’est pas aussi amusant si personne ne t’écoute. J’avais envie de me confronter à l’avis des lecteurs et de rencontrer des communautés d’écrivains, de gens qui partagent la même passion que moi. Les sites de publication en ligne sont un très bon moyen pour récolter des avis, qu’ils soient bons ou mauvais. On apprend beaucoup sur son style, son intrigue, la cohérence et le rythme de son histoire, car parfois l’auteur ne se rend pas compte de ses erreurs même après des heures de relecture. Le regard est différent en tant que créateur, c’est pourquoi j’ai besoin de l’œil de mes lecteurs pour améliorer mes romans. Cela dit, les conseils du lecteur ne sont pas toujours le Saint Graal ; il faut savoir distinguer les goûts de chacun, qui ne correspondent pas forcément aux nôtres, et les critiques constructives.

J’aimerais beaucoup tenter l’édition classique, vivre de mon écriture est un rêve de très longue date. L’auto-édition, pourquoi pas ? Malheureusement ça demande un porte-feuille confortable que je n’ai pas !





4. D’où viennent vos idées pour l’écriture ?

Il m’arrive parfois de faire des rêves bizarres et d’avoir enfin de les écrire à mon réveil, ou alors l’inspiration me vient en observant le monde extérieur, en regardant un film ou un documentaire quand un détail mérite, à mes yeux, d’être plus développé. Je ne suis jamais à court d’idées ! Je puise également mon inspiration dans la mythologie et les phénomènes surnaturels dont je suis friande (même si je suis une grande trouillarde !), notamment la magie. Parfois je me sers de ma propre vie, en me demandant comment celle-ci se serait déroulée si certains événements étaient différents.


5. En quelques mots, pouvez-vous nous présenter votre/vos roman(s) ?

Bien sûr ! En ce moment je suis en pleine rédaction d’une romance LGBT (Lesbienne, Gay, Bi, Trans, pour ceux qui ne sauraient pas) nommée Break the chains. Elle raconte le quotidien d’un frère et d’une sœur, Andy et Billy Coleman, tous deux aux affres de l’adolescence avec ses déboires, ses remises en questions, ses douleurs et ses espoirs. La vie de Billy bascule lorsqu’elle surprend une conversation de son petit ami avec ses copains, alors qu’Andy se verra attiré par une personne toute particulière à ses yeux.

Le ton de ce roman se veut léger, malgré certaines thématiques et des scènes sérieuses, voire graves. C’est l’occasion pour moi d’aborder des sujets qui me tiennent à cœur comme les premiers amours, les premiers ébats, le consentement, l’identité sexuelle ou le féminisme. Je n’avais pas envie de faire une romance à l’eau de rose, niaise et mielleuse, avec un déroulement et une chute prévisible comme j’en vois (trop) souvent dans ce genre. Je ne sais pas si Break the chains peut être qualifié d’original, mais en tout cas je prends beaucoup de plaisir à l’écrire !

Les chapitres sont disponibles sur les plateformes suivantes : Wattpad, Scribay et Le Conteur.





6. Avez-vous d’autres projets à venir ?

Oh oui, pleins même ! Après Break the chains, j’aimerais écrire un roman érotique et ensuite retourner à mes premiers amours, à savoir l’horreur et le fantastique avec une série basée sur des enquêtes paranormales. J’ai aussi très envie de m’attaquer au genre policier avec une touche d’ésotérisme et de magie. J’aimerais aussi reprendre une saga d’urban-fantasy que j’avais commencé avant Break the chains et que j’ai mis en pause pour le moment, Les Cavaliers Nocturnes. C’est une saga assez dense et fournie, que me tient beaucoup à cœur.





7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l’écriture d’un roman ?

Je ne sais pas si on peut appeler cela un rituel, mais je planifie toujours mes histoires avant de les écrire. Je me suis rendu compte en écrivant Les Cavaliers Nocturnes que j’avais besoin de m’organiser afin de ne pas me laisser surprendre par le flot de mes idées. Donc avant de débuter un roman, je dresse un plan de l’histoire et je peaufine, modifie, améliore au cours du récit. En ce qui me concerne, cette technique est très efficace et ça me donne même un regain de motivation !
Quand je suis en train d’écrire, j’aime bien boire et grignoter, pas toujours des choses saines malheureusement ! J’évite d’écouter de la musique car cela a tendance à me distraire, sauf lorsque je dois m’attaquer à des scènes particulières et que j’ai envie de me plonger dans une ambiance précise.





8. Pour finir, un dernier mot ?

Je m’adresserais à tous ceux qui voudraient écrire, ou créer en général : ne lâchez rien ! Allez jusqu’au bout de vos idées et de vos envies ! Le chemin sera parsemé de difficultés, et peut-être que vous serez tenté de tout abandonner par manque d’inspiration, mais ces épreuves vous rendront meilleurs ! J’invite tous les artistes à se lancer dans cette belle et grande aventure !





*****
 
L'interview touche à sa fin, merci C. S. Ringer pour votre participation et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'autrice sur TwitterFacebook et son Blog.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire