mercredi 27 septembre 2017

[Chronique] Viewfinder - Ayano Yamane

Viewfinder - Ayano Yamane






Titre: Viewfinder
Auteure: Ayano Yamane
Éditions Asuka
Genre: manga - yaoi
Âge: 18+
8 tomes sortis, série en cours




Résumé:


Takaba Akihito, jeune photographe qui cherche des scoops en prenant des photos de transactions louches, s'est fait repérer par les yakuzas. 

Ryuichi Asami, l'un des chefs de la mafia, montre beaucoup d'intérêt pour Takaba et ce que ce dernier ne sait pas encore, c'est que cette rencontre va changer sa vie. 

Il finit par se faire capturer par Asami et dès lors commence entre eux un jeu du chat et de la souris où ils ne feront que se croiser par pur hasard ou pas. 
Mais un nouveau tournant attend Takaba lorsqu'il fait la "mauvaise" rencontre de Feilong...




Chronique d'Aurélie


Je vais vous parler aujourd’hui d’un manga qui est, je peux le dire, mon petit chouchou. Viewfinder est pour moi un véritable coup de cœur, et c’est clairement un phénomène dans l’univers du yaoi. D’abord, peut-être parce que les dessins sont exceptionnels, d’une qualité incroyable, d’un réalisme très parlant (qui rend, ma foi, les scènes de sexe vraiment très hot et intenses, mais je l’avoue, elles n’en sont que plus passionnantes !). Les traits des personnages sont superbement réalisés, les rendant attirants, fascinants et attachants (même si je ne suis pas fan de la couverture du tome 1, qui ne rend pas hommage à la beauté des dessins, je trouve). Particulièrement, Asami Ryuichi est mon personnage favori, tous mangas confondus, un incontournable, tellement séduisant que, ma foi, il arrive à faire fondre à peu près toutes les lectrices (enfin, je suppose ! il a tout pour : un corps de rêve, un visage effilé à se damner, des yeux pénétrants et une personnalité mystérieuse à souhait). Je me suis rarement attachée à ce point à un personnage, mais je dois bien avouer qu’Asami est tout à fait à part, il est à mes yeux le fantasme personnifié ! :-)

L’un des grands atouts de ce manga est la complexité de son histoire, qui ne cesse de nous surprendre et, loin de perdre au fil des tomes, gagne en qualité, nettement. Le scénario s’affine au fur et à mesure qu’on sombre peu à peu avec le héros, Akihito Takaba, dans l’univers d’Asami, un univers teinté de nuances, de secrets indicibles, et peuplé de personnages mystérieux dont les intentions ne sont pas toujours bonnes, mais qui, tous, sont fascinés par une seule et même personne : vous l’avez compris, Asami, bien sûr.

Asami qui, ma foi, est un bourreau des cœurs. Il ne se contente pas de vous faire tomber sous son charme, ni de séduire Akihito, ou bien Fei Long, autre personnage dont je vais vous reparler, mais il semble que tous ceux qui gravitent autour de lui cherchent à posséder, sinon son amour, au moins son admiration ou son approbation. Alors évidemment, le petit photographe du nom d’Akihito Takaba, figure inconnue dans les milieux undergrounds bourrés de fric dans lesquels Asami évolue, soulève bien des interrogations, bien des engouements et bien sûr… bien des jalousies. C’est un univers sombre, que nous dépeint notre talentueuse mangaka, mais pourtant, ce manga est plein de joie de vivre et d’émotions. Surtout grâce à l’enthousiasme débordant et l’énergie incroyable d’Akihito, qui ne renonce devant aucun obstacle, toujours plus têtu et obstiné, quelles que soient les épreuves qu’il traverse. Ce personnage est en quelque sorte l’opposé total du froid et pondéré Asami : joyeux, émotif, refusant toute forme de limite ou de contrainte, Akihito est comme un ange tombé du ciel tout droit dans les abysses du monde de celui qui est au départ son tortionnaire, mais deviendra très vite son amant…

C’est une belle histoire d’amour, que nous découvrons dans ce manga. Certes, le démarrage est très brutal, violent, choquant, même, on découvre d’emblée les plus noires facettes d’Asami. Celui-ci, pour « donner une leçon » à ce photographe à la curiosité bien mal placée, qui fait des remous dans un milieu qu’il devrait éviter à tout prix, s’en prend à son « innocence », si je puis dire, en le violant d’une manière qui ne peut pas laisser de marbre. Il faut donc être prévenu que ce yaoi démarre sur les chapeaux de roues, avec sans doute la scène la plus « trash » de tout le manga. Mais qu’à cela ne tienne, Akihito est un jeune homme qui retombe toujours sur ses pieds et refuse de se complaire dans les épreuves, aussi sort-il haut la main de l’épreuve, qui, pourtant, laissera des marques indélébiles sur son jeune corps qui vient de s’éveiller à de bien étranges plaisirs… Les désirs naissants d’Akihito vont le pousser à nouveau vers Asami, qui joue clairement le rôle dominant, mais ce qui est intéressant, c’est qu’en fait, la relation entre ces deux personnages ne fonctionne pas à sens unique, bien au contraire. En fait, plus Asami côtoie Akihito, et plus il est fasciné par lui. Lui qui a l’habitude qu’on lui obéisse et qu’on le place sur un piédestal ne reste pas indifférent face à l’acharnement du jeune photographe, ni face à ses batailles perdues d’avance mais auxquelles il ne renonce pas. Akihito est l’exemple même d’une volonté de fer que rien ne peut arrêter, de l’espoir, du refus de laisser le monde sombrer, y compris le sien propre. Il croit en la justice, et il ne cesse de se débattre contre un monde en ruines, sous les yeux captivés et –disons-le !- attendris d’Asami. Il n’y a pas une seule véritable parole d’amour, dans les 8 tomes déjà parus (ou à paraitre pour le tome 8) de cette série, mais les mots sont peu de choses en comparaison des actes et comportements des deux héros, et particulièrement d’Asami qui est, d’après Mikhail Arbatov (un chef de la mafia de Macao, secondaire mais relativement important pour l’histoire), « the man who’s trying to throw everything away for love » (je l’ai lu en anglais, donc je n’ai pas la traduction française, mais cela donne : « l’homme qui tente de tout foutre en l’air par amour »). Asami, qui est prêt à n’importe quelle extrémité pour protéger Akihito et le garder près de lui. Asami, l’homme froid qui possède son propre agenda, et pardonne difficilement à ceux qui se mettent sur son chemin, et laisse pourtant Akihito agir à sa guise, même si ce faisant, il lui donne énormément de fil à retordre… Asami, l’homme qui exige, mais qui, au fond, est désespérément amoureux. A ses côtés, Akihito se débat pour conserver ses droits et sa liberté, confrontant constamment Asami (l’insultant plus souvent que nécessaire, même ^^), quand son cœur et son esprit deviennent de plus en plus incapables de penser à autre chose qu’à son amant…

Akihito est un personnage très riche, notamment parce qu’il est très émotif. Il apporte une véritable fraicheur à la série, mais aussi une énergie monstre, et une touche d’innocence dans un monde très sombre et très pervers. Face aux yakuzas, Akihito ne semble pas faire le poids, mais comme il ne renonce jamais et se bat envers et contre tous (ou plutôt, se débat), peu à peu les « grands seigneurs » des différentes mafias apprennent à découvrir à quel point il est intéressant et captivant. Après tout, il est légitime de se demander pourquoi le grand Asami semble obsédé par ce petit journaliste insignifiant… Pour le lecteur, Akihito, c’est le jeune homme joyeux et insouciant mais persévérant auquel on peut s’identifier, et c’est de loin le personnage le plus attachant de la série.

Je crois que je pourrais parler pendant des heures au sujet de ce manga, dont la richesse me surprend à chaque relecture. Ce qui est fort, dans cette série, c’est la foule d’émotions qui est transmise à travers les dessins acérés d’Ayano Yamane, les échanges de regards, insoutenables, l’expressivité des personnages, ou ce manque d’expressivité totale qui caractérise certains des antagonistes (à commencer, on l’a dit, par Asami) mais dont on perçoit peu à peu toute la richesse du monde intérieur au fur et à mesure qu’on se perd dans l’obscurité de cet univers corrompu des mafias japonaises, de Hong Kong et Macao.

Mon immense coup de cœur pour le couple Asami/Akihito fait que je n’ai pas encore évoqué le personnage de Fei Long, qui pourtant est également un incontournable de ce manga. Fei Long, chef des Baishee, de la mafia de Hong Kong, a une histoire extrêmement torturée, et une ancienne rancune envers Asami, dont on découvre les causes dès le tome 2. Entre haine et amour, Fei Long est un personnage complexe, dont la vengeance cruelle va impliquer intimement Akihito. Un autre homme qui semble insensible et distant au premier abord, mais qui est foncièrement différent d’Asami, dont il ne possède pas le sang-froid. Fei Long, c’est un océan d’émotions dissimulé derrière un masque de cruauté et d’indifférence. Mais au contact d’Akihito, il n’y a pas qu’Asami qui va changer petit à petit et découvrir la vraie valeur de l’amour et de l’amitié… C’est aussi un homme magnifique, dont les longs cheveux et le visage très androgyne sont absolument éblouissants. Et ses tenues chinoises arrivent à l’embellir encore…

Pour terminer, je ne peux que conseiller ce manga à toutes les âmes pas trop sensibles, qui apprécient les scènes de sexe débridées et ultra chaudes (ou que ça ne dérange pas, pour le moins). Ce manga est vraiment plein de scènes érotiques, il y en a à presque tous les chapitres, et franchement, cela ajoute un grand plus à la série, en partie parce qu’Ayano Yamane est une maitresse dans l’art de dessiner des scènes réalistes et très très intenses. C’est une véritable plongée dans les profondeurs abyssales d’un univers très dur et violent (quoi que les scènes de combats soient assez soft, contrairement aux scènes de sexe), d’une esthétique parfaite, qui saura vous charmer. Et avec ses huit tomes parus ou à paraitre (le tome 8 parait début 2017), une histoire qui est loin d’être achevée et qui vous donnera quelques heures de pur bonheur !



Points positifs : Une histoire d’amour poignante et extrêmement bouleversante, qui ne cesse d’évoluer entre confrontation et passion. Un scénario vraiment bien mené, qui devient de plus en plus passionnant au fil des tomes ! Des personnages très détaillés et réalistes, et vraiment attachants. Une nette progression des dessins qui sont de plus en plus beaux au fil des tomes.
Points négatifs : la première scène de sexe peut vraiment être éprouvante car c’est une scène de viol très détaillée et assez longue (ça m’a fait cet effet à la première lecture, il faut avoir le cœur bien accroché quand même, mais le manga vaut vraiment le coup !)

Note: 4,8/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire