jeudi 21 septembre 2017

[Chronique] Spicy and Sugary - Norikazu Akira

Spicy and Sugary - Norikazu Akira















Titre: Spicy and Sugary
Auteure: Norikazu Akira
Éditions Taifu comics
Genre: manga - yaoi
Âge: 16+
One shot



SERVICE PRESSE



Résumé:


Enquêteur de police, Nagai vit depuis quelque temps avec Kitahara, un ancien camarade de lycée qui s’est invité chez lui après avoir été mis à la porte par son ancien petit ami. Malgré leur fort caractère, la cohabitation se passe plutôt bien entre les deux hommes qui ont appris à s’apprécier. Bon cuisinier, bien que constamment à la recherche d’attention, Kitahara a animé le quotidien de Nagai qui savoure cette nouvelle vie.

Malheureusement, la situation est sur le point de changer le jour où Kitahara apprend à Nagai qu’il compte repartir vivre avec son ex. Cependant, cette décision subite cache autre chose…




Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour la gentillesse de leur accueil.

Je trouve la couverture de ce manga vraiment très attrayante, un peu intrigante, aussi. Avec un titre pareil, on se demande vraiment où l’on va mettre les pieds, et c’est sans le moindre à priori que j’ai plongé dans cette histoire. Le titre est très adapté à la douceur de ce one shot très acidulé. On le déguste comme une sucrerie, avec plaisir, et douceur. Les dessins vont dans ce sens également, ils sont très jolis et très doux, les expressions des personnages le sont aussi, on est vraiment dans une ambiance posée et confortable qui fait du bien.

Pourtant, l’histoire de Kitahara est loin d’être douce, elle. Derrière ses sourires, sa gentillesse et son humour tranquille, se cache un terrible secret, qui lui pèse énormément et l’empêche d’aller de l’avant. Des évènements sombres, qui l’ont vu fuir, et font de lui un éternel inquiet. Il a une personnalité très ambivalente : d’un côté il a cet aspect très « animal de compagnie » (je dis cela parce que c’est un peu comme ça que Nagai le considère, parfois, et même lui semble apprécier l’idée d’être traité comme cela), il est attentionné, très amical et même un peu pot de colle, et de l’autre, il fuit le quotidien, les habitudes, les relations de longue durée. Il dit ne pas vouloir s’attacher, parce qu’il a peur de souffrir ensuite. Pourtant, il semble très proche de Nagai, et absolument pas motivé à quitter la chaleur de son foyer… Très bon cuisinier, il semble apprécier de tenir Nagai dans ses filets culinaires… Pourtant, à chaque fois qu’il part, il le fait sans réelle raison, ou du moins, ses raisons semblent très caduques, et également très soudaines. Clairement, quelque chose ne va pas dans son comportement, ses paroles ressemblent à des mensonges, et Nagai s’en aperçoit rapidement… et s’inquiète.

La dynamique qui unit les deux hommes est intéressante, et drôle. Nagai est très partagé. Kitahara a envahi son univers, pour « quelques jours », sauf que son séjour s’est éternisé. Il râle beaucoup sur lui, mais à chaque fois que Kitahara lui a annoncé qu’il partait, il s’est senti très seul, et très déprimé. Il a ensuite été soulagé de voir son colocataire revenir, et a accepté sans hésitation de l’héberger à nouveau… Il réfléchit beaucoup, mais ne se doute absolument pas que Kitahara puisse être attiré par les hommes, de la même manière qu’il ne se pose pas de questions sur son attachement flagrant à son colocataire « forcé ». En fait, avant que Kitahara lui avoue ses penchants, il n’y avait jamais vraiment pensé. On le voit réfléchir à une vie de famille, avec une épouse et des enfants (même s’il n’est pas très motivé), mais absolument pas à ce genre de sujets. Ouvert d’esprit, une fois qu’il découvre la vérité, il ne change pourtant pas de comportement, mais il se met tout de même à s’interroger de manière soudain très différente. Son inquiétude pour Kitahara devient de plus en plus flagrante, sa jalousie, s’il ne l’identifie pas en tant que telle, est touchante.

La profession de Nagai, enquêteur de police, reste plus un fond qu’un élément réellement important, mais c’est toujours bien de savoir ce que les personnages font de leur vie. Ça reste ici assez présent pour donner un vrai relief à Nagai, et pour offrir un beau contraste avec les mystères qui planent au-dessus de Kitahara. Quant à ce dernier, on ne sait rien de lui : à priori il fait des petits boulots, mais quoi ? Quand ? Comment ? Il y a une réelle divergence entre nos deux protagonistes, qui sont opposés sur presque tout, au final. Nagai semble ordonné, Kitahara est bordélique. Nagai est stable, Kitahara semble n’avoir pas de racines. Nagai pense à l’avenir, Kitahara vit le moment présent. Un beau contraste, donc, qui met du piment dans cette histoire toute douce et sucrée.
Les scènes érotiques sont assez soft, mais tout de même présentes et adaptées à un public averti. Plutôt esthétiques, avec un côté très tendre, et un autre très drôle, notamment dans les bonus.

Les bonus, justement, arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe, sans réelle démarcation avec l’histoire principale, et je dois avouer que j’ai eu un petit temps de recul à me demander ce qui se passait d’un coup. Je ne comprenais plus qui était qui ! Mais une fois la surprise passée, j’ai trouvé finalement qu’ils étaient un joli petit plus, duquel l’humour n’est pas exclu, la petite touche clin d’œil pour finir ce one shot en beauté.

Une belle histoire, donc, courte et acidulée, que je vous invite à découvrir avec plaisir et légèreté, pour un bon moment à passer !



Points positifs : une histoire toute douce, avec de l’humour et de la tendresse. Des jolis dessins très adaptés à l’ambiance très posée.

Points négatifs : assez court, j’aurais aimé que certains axes soient plus développés ; les bonus arrivent comme un cheveux sur la soupe (ceci dit ils sont drôles !)

Note: 3,8/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire