mardi 19 septembre 2017

[Chronique] Sky Link - Shiro Yamada

Sky Link - Shiro Yamada













Titre: Sky Link
Auteure: Shiro Yamada
Éditions Taifu comics
Genre: manga - yaoi
Âge: 14+
One shot



SERVICE PRESSE



Résumé:

Lors de son premier jour à la fac, Ritsuki Ban est bousculé par un homme qui lui dit de but en blanc : « Tu es tout à fait mon style. » Choqué par cette réflexion, Ritsuki ne cache pas son agacement. Or, il s’avère que l’homme en question n’est autre que le professeur Shintarô Takagi et que Ritsuki le trouve toujours sur son chemin. Tandis que son exaspération atteint son comble, le fait d’apercevoir Takagi en train de fixer le ciel avec un air triste l’amène à s’intéresser un peu plus à lui.



Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu comics pour ce beau partenariat et pour la gentillesse de leur accueil.

J’aime énormément la couverture de ce manga. Ses couleurs sont vraiment attirantes, et elle a un côté moderne, autant dans le décor de fond que dans les traits et apparences des personnages. Un côté sombre dans le décor, qui contraste également avec la beauté du ciel. Elle m’a tout de suite attirée. Les dessins d’ailleurs sont très agréables et jolis. Les profils ne sont pas toujours top, les nez sont parfois un peu bizarres, trop ronds, mais dans l’ensemble, ce sont vraiment de beaux dessins que j’ai beaucoup appréciés. Comme vous le savez, pour moi la qualité des dessins joue beaucoup dans mon accroche de l’histoire. Même si je peux passer outre, j’ai clairement plus de mal à m’y mettre si je n’aime pas le style des illustrations. Ici, la magie s’est faite d’emblée.

J’ai été un peu déstabilisée par le fait qu’il y a deux histoires dans ce manga. Pour le coup, je l’ai trouvé trop court. Je ne suis pas la seule, l’auteure elle-même affirme qu’elle aurait aimé avoir plus de place pour sa seconde histoire, et j’adhère. J’aurais adoré des histoires plus approfondies. La vitesse de ces deux récits qui s’enchainent fait que certains éléments manquent à mon goût. Par exemple, dans « Sky Link », on ne comprend pas vraiment qui est le jeune homme qui ne cesse de harceler Ritsu, ni pourquoi il le fait. C’est le genre d’éléments qui ont un peu manqué, je trouve.

Ceci dit, les deux histoires sont vraiment très touchantes et agréables à lire. La relation entre Ritsu et Shintarô, dans « Sky Link », est plutôt drôle et intéressante, elle comporte beaucoup de rebondissements. L’histoire porte bien son titre : « Sky Link », « lien du ciel ». Ritsu et Shintarô sont complétement opposés, et rien ne semble pouvoir les rapprocher. Shintarô, professeur d’économie, s’ingénue à vouloir parler à Ritsu, à lui affirmer qu’il est « son style », même si c’est un garçon, à vouloir se rapprocher de lui, mais Ritsu le considère comme un pique assiette et un gêneur qui le harcèle. Ce qui va les relier, c’est leur même passion et intérêt profond  pour le ciel. Ils aiment regarder le ciel, et plus encore le photographier. C’est, finalement, ce qui va intriguer Ritsu et l’ouvrir à re-réfléchir sa façon de percevoir son professeur. Que cache-t-il derrière son air triste quand il regarde le ciel ? Derrière son amour pour cet élément qu’il semble partager avec lui ?

L’autre élément qui va les rapprocher, c’est le jeune homme qui harcèle et violente Ritsu, et contre lequel Shintarô va le protéger. C’est la partie peu claire de l’histoire, ce qui est dommage car j’ai bien aimé cet élément. J’ai pensé que Ritsu avait appartenu à un gang, quelque chose dans ce genre, qu’il avait quitté, ce que son tortionnaire n’est pas décidé à laisser passer. Mais je n’en ai pas de certitude, ce n’est pas dit. On a juste un dialogue de début qui nous indique quelques éléments : « Tu as changé d’avis ? Reviens avec nous. » ; « Tu connais l’expression « de force » ? » et « attrapez-le » qui montre qu’ils sont plusieurs même si on ne voit qu’une seule personne. J’ai aimé cet élément violent et perturbateur, sombre, de l’histoire. J’aurais vraiment apprécié qu’il soit plus développé, qu’il ait plus de sens, en fait. C’était pour moi une bonne idée qui renforce la personnalité sombre et mystérieuse de Ritsu.

La seconde histoire s’intitule « Toi à travers un kaléidoscope ». Elle est douce et touchante. Malgré tout, on y parle de violences scolaires, d’intolérance. Kazu a passé son enfance à protéger Yuki, un métisse dont la mère est anglaise et qui, du coup, est différent des autres, avec ses cheveux clairs et ses yeux bleus. Ces différences lui ont valu de souffrir de rejets, de moqueries et de violences, jusqu’à ce que Kazu, en l’apercevant, le prenne sous son aile. Depuis, Kazu a toujours fait passer les intérêts de Yuki avant les siens, allant jusqu’à refuser de lui faire part de son immense amour pour lui. Ses raisons ? Principalement, il souhaite le protéger de la souffrance qu’occasionnera le départ de Yuki, qui va retourner en Angleterre à la fin de sa scolarité, peut-être pour toujours…

Kazu est un personnage très mystérieux et renfermé, mais il a une âme de poète. Il aime les kaléidoscopes, parce qu’il trouve que la façon dont ils capturent la lumière et colorent les images est magnifique. La seule chose qu’il trouve plus belle que les images d’un kaléidoscope… c’est Yuki.

C’est donc une jolie histoire émouvante et touchante que nous avons là, avec un élément tragique bien mené. Comme l’auteure, j’aurais adoré que cette histoire prenne plus d’ampleur et soit plus longue… Elle parle de la développer dans un prochain manga, j’espère qu’elle le fera !

« Sky Link », c’est un beau manga à la fois grave et léger, avec deux histoires prenantes et intéressantes qui m’ont touchée. Un beau moment de lecture.



Points positifs : de beaux dessins ; deux histoires émouvantes, douces et sombres à la fois ; un côté tragique touchant pour chacune des deux histoires, chacune à sa manière.

Points négatifs : trop court ; certains éléments manquent de précision.

Note: 4/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire