dimanche 17 septembre 2017

[Chronique] Sage comme une image -Tan Hagmann

 Sage comme une image - Tan Hagmann













Titre: Sage comme une image
Auteure: Tan Hagmann
Éditions Textes Gais
Genre: romance M/M, érotisme


SERVICE PRESSE


Résumé:



Erik Jorgensen, Consul du Danemark à Paris, reçoit chez lui Joren Hässel, un auteur compatriote, qui vient de recevoir un important prix littéraire français.

Le fils du consul, Kristian, un lycéen déluré, tombe sous le charme de cet auteur dont il a lu le dernier roman.

Joren Hässel n'est pas insensible aux provocations de ce dernier. Il devient l'amant du jeune homme et devra gérer au mieux, une relation qu'il juge gênante, si ce n'est coupable, et un adolescent difficile à tenir.

Biographie de l'auteure:


Tan Hagmann est un auteur de langue française, né en 1962, qui vit à Paris et travaille dans une école de jazz.
Son premier roman « Sage comme une image », paru aux Éditions Textes Gais en novembre 2014, conte l'histoire de la relation sulfureuse qu’entretient un très jeune homme amoureux des livres avec son écrivain favori.
Dans les deux romans suivants publiés chez le même éditeur, l’un en juillet 2015 et l’autre en mars 2016, l'auteur renoue avec un univers qui lui est cher : celui de la musique. « Bi live in me » et « La Couleur de l’Enfer » constituent les 2 premiers volets d’une trilogie dont le dernier est à paraître fin 2016.



Chronique d'Aurélie

Je suis entrée en contact avec cette très chaleureuse auteure d’une manière à laquelle je ne m’attendais pas, et après un passage sur amazon et échanges par messages, je suis tombée sous le charme à la fois des résumés des romans de Tan et de sa personnalité vraiment sympathique, ouverte et à l’écoute. C’est donc tout naturellement que j’ai eu envie de découvrir un peu plus son univers, et je la remercie infiniment d’avoir accepté de me confier « Sage comme une image ».
Ce roman est tellement riche que je ne sais même pas par où commencer ! Les axes de lectures sont nombreux, la profondeur de l’intrigue émotionnelle est vraiment parlante. Peut-être devrais-je simplement commencer par évoquer le fait que j’ai démarré ce roman hier soir tard et l’ai fini cet après-midi… autant dire, je l’ai trouvé addictif !
C’est un livre qui pourrait en choquer certains car il raconte la romance complexe et aussi torride que tourmentée d’un adolescent de quinze ans et demi et d’un auteur à succès d’une quarantaine d’années. Sous un sujet volcanique et touchant, qui ne remportera pas nécessairement tous les suffrages, c’est une véritable histoire d’amour, remplie de réflexions sensées et profondes, qui, loin de se complaire dans la description d’une relation réaliste mais dangereuse, nous apporte un point de vue grave, frais et très riche sur une situation relativement atypique. J’en ai apprécié la profondeur et l’authenticité.
Le style littéraire ne m’a tout d’abord pas convaincue, non parce qu’il n’est pas bon, au contraire, mais parce qu’il a ses particularités. Des inversions nombreuses, des phrases très courtes, sans doute moins poétiques et lyriques que ce que je lis habituellement, mais je dois le dire, le charme de ce style atypique a eu son petit effet sur moi, et le rythme infernal des phrases courtes s’enchainant ne m’a pas laissé beaucoup de répit pour poser le roman et faire autre chose qu’enchainer les chapitres !
On entre directement dans l’univers torturé et passionnant de Kristian, ado de quinze ans et demi en pleine rébellion. Après une enfance douce et complaisante, au cours de laquelle il se fait tourmenter par une mère abusive qui souhaitait avoir une fille, et délaissé par un père qui a abandonné l’enfant à la folie de son épouse hautement dépressive et névrosée, le garçon que nous découvrons est un être revêche et indomptable, un peu sauvage, au tempérament aussi fougueux que « borderline ». Extrêmement intelligent et cultivé, Kristian n’est pas un ado comme les autres, ça au moins, c’est certain. Certes, il vit une crise dans laquelle on retrouve les reliefs de la puberté mal maitrisée, mais sous ses couverts de rebelle « je-m’en-foutiste », Kristian est un personnage dont le monde intérieur est d’une richesse et d’une intensité remarquables. J’ai tout de suite accroché avec ce garçon au caractère prononcé, qui sait ce qu’il veut et ose se faire entendre et respecter dans un monde d’adultes guindés n’ayant que peu d’attentions pour lui.
Son caractère bien trempé ainsi que sa liberté d’expression (malgré la réprobation flagrante de son père, dont il n’a que faire), sans parler de sa beauté d’ange tombé du ciel, le font tout de suite remarquer par Joren Häsel, écrivain de son état, compatriote danois de la famille de Kristian, dont le père, Erik, est l’ambassadeur à Paris. L’intérêt est d’ailleurs plus que réciproque, puisque l’adolescent découvre en Joren, auteur dont il a lu les ouvrages avec passion, un homme beau, fascinant, captivant au possible. C’est en quelque sorte le coup de foudre, dès leur première rencontre.
Mais la différence d’âge étant très importante, Joren, séduit par l’impudeur et l’esprit volontaire et décidé de Kristian, s’affole de la situation. Kristian, après tout, n’est-il pas encore qu’un enfant ? Son corps encore gracile, flottant entre deux mondes, lui crie que la situation n’est pas juste, et qu’elle est extrêmement dangereuse. Difficile de maitriser une telle pulsion face aux avances répétées du garçon, à son comportement fluctuant, parfois trop mature et lascif, parfois beaucoup plus vulnérable. Kristian sait ce qu’il veut, et Joren se retrouve coincé dans les rets d’un désir irrépressible, qui tourne à l’obsession. Manipulateur, déterminé, entreprenant, ne renonçant devant aucun obstacle pour obtenir ce qu’il souhaite, Kristian est un adversaire terriblement séduisant et audacieux, et l’âme de Joren semble bien trop tendre pour parvenir à résister bien longtemps à la tentation...
J’ai trouvé le personnage de Kristian particulièrement bien travaillé. Flottant entre les restes d’une enfance presque envolée (et vraiment pénible et douloureuse dans son cas) et la maturité d’un jeune homme en train de s’accomplir, son caractère est complètement prenant. Capable de passer de la cajolerie manipulatrice aux pleurs, de l’abandon total aux peurs enfantines, c’est un personnage loin d’être lisse, un ado vraiment attachant et touchant. Son histoire personnelle fait mal aux tripes, et elle est bien menée, la personnalité de Kristian, développée à partir des troubles de son enfance, est très cohérente. Kristian reste un ado en mal d’être aimé, qui cherche avant tout à être acquiescé en tant que personne. Ses comportements semblent parfois « trop », ou sans sens, mais en fait, il reste très entier dans sa personnalité. Il fait partie de ces êtres à la fois capable de la plus profonde candeur et de la plus grande lubricité, avec ce « naturel pervers qui, tant que personne ne leur interdisait rien, jamais ne connaissait de limites. » (Citation du roman) Intéressant point de vue de l’auteure, que je trouve très réaliste. Un pied dans l’enfance, un pied dans le monde des adultes, Kristian est désinhibé et naturel, et c’est une des choses qui fait, pour moi, le gros succès de ce personnage somme toute assez atypique.
Evidemment, on ne peut pas parler de Kristian sans parler de Joren. Joren, personnage très dichotomique, parfois difficile à capturer. Désillusionné, célibataire blasé et blessé par la vie, il est en fait, pour moi, le personnage qui est perdu dans la tourmente de son propre monde intérieur, torturé et tiraillé. Sur bien des aspects, moins mature que Kristian, dont la ténacité, la sincérité et la détermination sont finalement bien plus adultes que la fuite et les non-dits de Joren. Joren a peur. De tout un tas de choses. D’abord, de cette relation dangereuse qui le place dans une situation singulière vis-à-vis du monde et des critères sociaux de ce qui est « acceptable ». Peur, sans cesse, de dépasser les bornes. Peur, aussi, de perdre sa liberté au profit d’une relation qu’il refuse de qualifier d’amour. Peur, tout simplement, de la relation. Très sincèrement parfois j’ai eu envie de le secouer ! De lui hurler d’ouvrir les yeux (d’ailleurs, une de ses amies le fait très bien dans le roman, j’ai adoré ce passage de « remontage de bretelles » !) et d’apprendre de ses erreurs au lieu de les recommencer. C’est certain, pour quelqu’un comme Joren, Kristian était la plus belle chose qui puisse lui arriver.
C’est donc une romance vraiment touchante que nous avons là. Une vraie histoire d’amour qui ne manque ni de piquants ni de rebondissements, et qui nous offre un panel émotionnel riche et vivant, que j’ai vraiment adoré. Parfois, j’aurais aimé plus de profondeur sur certaines scènes, qui défilent comme en rêve et laissent parfois passer des jours quand on aurait pensé qu’il s’était passé quelques heures, mais pour moi, on est vraiment emporté dans un ouragan émotionnel, avec ce roman !
J’ai vraiment apprécié les sujets évoqués dans ce livre. La différence d’âge, particulièrement dans le cadre d’une relation adulte/ado, qui est assez tabou mais qui est très bien menée ici, je trouve. On l’évoque avec gravité, avec beaucoup de rebondissements, de manière très touchante. La détermination d’un garçon qui sait ce qu’il veut, qui découvre le monde et s’y jette avec fougue et sans regrets, est vraiment une belle leçon de vie, que j’ai appréciée. On m’a dit il y a peu que l’amour, le vrai, était intemporel et inconditionnel, et je pense que c’est là ce que ce roman très actuel cherche à nous montrer. A nous offrir, comme cadeau dans un monde brutal et cruel, très bien décrit ici également, notamment à travers les horripilants parents de Kristian et son passé vraiment sombre et traumatisant. On y évoque aussi l’adolescence sous toutes facettes, du point de vue de parents ou d’adultes désarmés, des relations complexes à ces âges, entre passion et ennui, on y évoque aussi les nombreux désirs et pulsions qui naissent spontanément… sans à priori, sans jugement, sans apologie non plus. Juste de manière réaliste et criante de vérité.
En conclusion, c’est pour moi un livre qui m’a vraiment parlé, et que je vous conseille vivement de découvrir ! Pas besoin de mise en garde, si vous avez lu ma chronique, vous savez de quoi parle de roman, et je suis sûre que, comme moi, vous vous régalerez à sa lecture ! :-)

Où vous le procurer ?

-au format numérique sur Amazon
-au format papier : http://motsbouche.com/fr/livres/24863-sage-comme-une-image-9791029400087.html

Points positifs : des sujets très riches, des personnages bien travaillés et vraiment attrayants, une romance teintée d’érotisme qui m’a vraiment touchée.
Points négatifs : certaines scènes ont manqué à mes yeux d’un peu d’approfondissement, parfois la sensation de passer d’une scène à l’autre « trop » légèrement. Au départ le style littéraire de l’auteure m’a un peu déstabilisée.
Note: 4/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire