dimanche 24 septembre 2017

[Chronique] Prince Eleven - Ikeyamada Go

Prince Eleven, la double vie de Midori - Ikeyamada Go








Titre: Prince Eleven, la double vie de Midori
Auteure: Ikeyamada Go
Éditions Kurokawa
Genre: manga - shojo
Âge: tout public
10 tomes, série terminée




Résumé:


Folle de football, Midori, 12 ans, sympathise avec Tsukasa, un garçon de son âge lui aussi fan de ballon rond. Trois ans plus tard, les deux passionnés se retrouvent et Tsukasa séduit Midori. Hélas, la jeune fille découvre bientôt le vrai visage de celui qu'elle croyait aimé… Décidée à se venger, elle quitte son village pour Tokyo et s'inscrit, déguisée en garçon, dans un lycée d'apprentis footballeurs. Va-t-elle réussir à gérer cette impossible situation ?




Chronique d'Aurélie


Un shojo que j’ai lu il y a un petit moment déjà, et qui m’a bien plu. Je commence par un avertissement, l’héroïne, Midori, est peu pudique, on la voit régulièrement seins nus. Il y a également des scènes très légèrement érotiques, rien de choquant, c’est très doux et très beau, mais ces aspects font de ce shojo un manga un peu moins « jeunesse », même si je ne pense pas que les adolescents puissent être choqués pour autant.

Ne vous laissez pas leurrer par le thème du foot, qui est pour ma part très loin d’être un sujet qui m’intéresse. En fait je dois avouer que si je n’avais pas trouvé les premiers tomes sur un vide-grenier, je ne les aurais pas achetés à cause de cela, et je les ai démarrés uniquement parce que je m’ennuyais, un beau jour… je n’ai pas été déçue, finalement. Certes, le foot reste l’un des thèmes principaux de ce manga, évidemment. Mais on ne peut pas dire que l’intrigue soit centrée sur ce sujet, et en fait, c’est même un aspect qui m’a semblé agréable, dans cette série, car la mangaka s’est attachée à mettre en valeur l’esprit d’équipe et l’amitié qui lient les membres de la « team ». Les valeurs partagées à travers cette thématique sont bien mises en scène, et sont un vrai plus. Les matchs apportent aussi une tension nécessaire, sans être longs ni désagréables. Ce qui est riche, dans ce manga, c’est toute l’intrigue autour de cet élément qui va rassembler les trois protagonistes de cette histoire.

« La Double vie de Midori », le sous-titre annonce clairement la couleur (quant au titre « Prince Eleven », je m’interroge toujours sur sa signification, mais il est possible que cela m’ait très simplement échappé ^^). Laissez-moi un peu vous parler de cette héroïne peu commune et vous expliquer en quoi ce sous-titre est très parlant.

Midori est une jeune fille qui s’apprête à entrer au lycée. Passionnée de foot, Midori a connu, dans son enfance, un garçon surdoué qui lui a donné envie de vivre son amour pour ce sport. Tsukasa a été son premier grand amour, mais lorsqu’il revient sur l’île, adolescent, il trompe Midori pour coucher avec elle, en lui laissant penser qu’il l’épousera. Midori est alors une jeune fille pure et naïve, elle se laisse manipuler… avant de réaliser que ce n’était qu’un leurre, et que le garçon joyeux et heureux qu’elle a autrefois connu s’est transformé en jeune homme froid et cruel qui s’est amusé avec elle. Choquée, bouleversée, Midori lui fait le serment qu’elle se vengera en le battant un jour lors d’un match de foot.

Depuis, notre jolie héroïne courageuse et volontaire n’a jamais renoncé à son projet. A l’insu de sa mère, elle s’inscrit dans une école de foot… pour garçons. Elle se coupe les cheveux, et la voici bien décidée à dissimuler son identité pour pouvoir avoir une chance d’affronter, un jour, Tsukasa et son équipe (qui sont dans une autre école de foot).

C’est là toute l’originalité de cette série, et une source de situations cocasses qui remplissent ce manga d’humour. Midori se faisant accepter dans l’école est considérée comme un garçon, par tous sauf par son voisin d’internat qui, le premier jour, entre dans sa chambre… alors qu’elle est en culotte et torse nu. Autant dire, impossible de se tromper. D’abord bougon et désagréable, Kazuma deviendra rapidement le meilleur ami de Midori, et leur connexion en tant que partenaires de foot est un des éléments très forts de ce shojo. Bien évidemment, les sentiments de Kazuma se transforment rapidement en amour, tandis que Midori, elle, est obsédée par Tsukasa. Est-ce de la haine, qu’elle ressent pour son adversaire ? C’est bien plus compliqué que ça, on n’oublie pas aisément son premier amour et, derrière la rivalité des deux footballeurs, se cache une histoire complexe et touchante qui ne peut pas laisser indifférent. Et si Tsukasa, derrière son masque de froideur, dissimulait une histoire difficile et douloureuse ? Et si Midori était la seule capable de le toucher ? Avec le reste du monde, il n’est qu’indifférence, mais face à la jeune fille, il éprouve des émotions si intenses qu’il ne peut pas s’empêcher de la chercher, de la défier, de la provoquer… Quelle tension entre ces deux-là ! Sans compter que Tsubasa ne peut pas supporter Kazuma…

Pour en revenir à cette double vie que mène Midori, très rapidement elle va avoir besoin de gagner un peu d’argent pour pouvoir vivre. Débute alors véritablement une double vie, quand elle commence à travailler dans un restaurant où se rendent régulièrement ses camarades de classe. Et là, c’est fou rire garanti, car personne ne la reconnait, mais tout le monde trouve qu’elle ressemble à quelqu’un… sans savoir qui ! D’un autre côté, le Midori « garçon » est adulé par ses camarades, qui ne peuvent s’empêcher d’être troublés en sa présence… Autant d’aspects drôles et légers !

D’ailleurs, la personnalité de Midori est vraiment très agréable. Pétillante et volontaire, elle emporte dans son sillage tous ses camarades, qui deviennent rapidement ses amis et sont aux petits soins pour elle… enfin, pour « lui » (d’autant plus qu’elle a de nettes tendances à la maladresse et à l’inattention, ce qui lui vaut les gentilles foudres d’un Kazuma qui ne cesse de s’inquiéter pour elle et de veiller sur elle). Elle est aussi, et surtout, extrêmement persévérante, ne renonce jamais. Elle semble fragile, mais elle est forte. Elle a décidé d’atteindre son but, à tout prix, et elle va tirer toute son équipe vers le haut pour tenter de remporter la victoire face au légendaire Tsukasa, qui semble impossible à vaincre… Mais Midori est surtout une jeune fille douce et bienveillante, qui se préoccupe avant tout de ses proches, et qui nous émouvra bien souvent par ses réflexions remplies de sagesse, par ses gestes et ses actes, ses larmes et ses rires, ses éclats de gaieté et ses coups de colère…

La relation Midori/Kazuma est, pour moi, aussi intéressante que celle Midori/Tsukasa. J’ai eu un coup de cœur pour le personnage torturé de Tsukasa, mais j’aime aussi la bonté et la chaleur de Kazuma (et sa façon bien à lui de râler tout en protégeant à tout prix Midori). Ce triangle amoureux est très bien réalisé, on va de surprise en surprise, et on ne sait plus vraiment ce qu’on souhaite ou ne souhaite pas, sachant qu’on sera forcément blessé quand Midori devra faire face à un choix… Parce qu’ils sont tellement attachants et touchants, chacun à leur manière, nos trois héros !

Je dois dire que j’ai suivi toute l’intrigue avec beaucoup de joie et d’impatience. J’ai eu envie de savoir ce qui allait se produire tout du long de cette série. Mais je dois avouer malgré tout que le dernier tome m’a énormément déçue, et laissé un goût vraiment amer dans la bouche. Pour tout dire, pour moi, ce dixième opus a gâché toute la série. Trop simple, trop téléphoné, il est l’antithèse même de toute la tension qui caractérise ce manga. Si vous aimez les fins toutes douces et mignonnettes vous ne serez sans doute pas déçus comme moi, mon fils de 10 ans, lui, a beaucoup aimé. Mais très peu pour moi. Je ne trouve pas cette fin à la hauteur du manga, qui parle énormément de déchirement et de choix... Evidemment, je ne peux pas vous la révéler sous peine de vous spoiler toute l’histoire, et de toute manière, je vous invite vivement à découvrir cette série malgré tout !



Points positifs : de belles valeurs partagées ; un magnifique triangle amoureux des plus complexes ; des histoires de vie parfois difficiles et des personnages touchants.
Points négatifs : le dernier tome n’est vraiment pas à la hauteur de la série, la fin m’a semblé très décevante…

Note: 3,6/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire