jeudi 14 septembre 2017

[Chronique] Les Chroniques de Ren, tome 3: Guerrier - Faith Kean

 Les Chroniques de Ren, tome 3: Guerrier - Faith Kean






Titre: Les Chroniques de Ren, tome 1: Prisonnier
Auteure: Faith Kean
Éditions MxM Bookmark
Genre: romance M/M, fantasy, bitlit


SERVICE PRESSE


Résumé:


« Je t’attends. Au Rideau d’Hosgard. »
Le crépuscule se lève sur l’Île de Nuit et avec lui, la promesse de jours sombres. Les Ombres se révèlent au cœur du Royaume d’Infeijin et Ren s’est juré d’y opposer toute la force de sa détermination. Le jeune homme sait que malgré les épreuves déjà endurées, celles qui restent à venir seront déterminantes pour l’avenir de ce monde.
Son chemin semble tout tracé, jusqu’à ce que le mystérieux prince de Ferin s’invite dans la partie et décide de bouleverser les règles du jeu. Les alliances établies risquent d’être rudement éprouvées et le moindre faux pas pourrait briser à jamais l’espoir d’une victoire.
Ren devra chercher en lui une force oubliée et profondément enfouie avant que le Rideau d’Hosgard ne tombe et ne fasse tout sombrer dans le Néant.

Biographie de l'auteure:


Faith Kean est une documentaliste et une auteure fantasy. ... Férue de Fantasy et de Bit-Lit, elle a fait ses premières armes en tant qu'auteur en postant ses récits sur le site de lecture en ligne Fiction Press. "Prisonnier", le premier tome des "Chroniques de Ren", est son premier roman publié.





Chronique d'Aurélie

Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour ce service presse qui fut une vraie belle découverte… J’avais déjà été intriguée par ce roman, dont la couverture m’attirait, et dont on m’avait parlé en bien. J’ai sauté sur l’occasion de la sortie du tome 3 pour découvrir la série.

À peine le tome 2 achevé, je me suis jetée sur le tome 3. Trop envie de savoir ce qui allait advenir de Ren et de ses amis après les évènements du lac. Accompagné de Norhan, le loup-garou séduisant qui semble bien décidé à le conquérir, et toujours d’Hosgard sous sa forme de renard géant, Ren part rejoindre Vike et Kiyran à Osiliar. Là, il va faire une rencontre aussi étrange que sympathique, celle d’Acqen, qui semble être un jeune mage adolescent, et qui est en fait un homme d’une puissance incroyable.

Acqen est un nouveau personnage très accrocheur, que j’ai tout de suite apprécié. À cause de son apparence, mais aussi de sa façon de parler, très moderne. Acqen a fréquenté notre monde, et il parle comme Ren, ce qui est assez hilarant. Et Ren, à son contact, va vite se détendre et retrouver un peu de son humour légendaire, de son langage si décalé dans ce monde, et qu’on ne peut qu’apprécier. Au-delà de ces atouts, Acqen est puissant, et séduisant, mais entre lui et Ren, il n’y aura pas cette sensualité, ce flirt qu’il y a entre Ren et Norhan. Juste une amitié profonde et drôle qui va se forger au fil des pages et qui est plus que plaisante.

Ce troisième tome est plus intense encore que le précédent. On rentre tout de suite dans le vif du sujet, et quel sujet, puisqu’il s’agit de préparer la guerre qui se profile à l’horizon. Ren est plus tendu, ce qui ne l’empêche pas d’agir souvent de manière inconsidérée, sans réfléchir, avec son franc-parler habituel. Ça passe ou ça casse, il ne pense pas aux conséquences. En même temps, étant le Messager, ayant tout donné, tout sacrifié pour la sauvegarde des peuples de ce monde, personne ne devrait trop avoir son mot à dire, n’est-ce pas ? Malheureusement, tous les chefs ne sont pas aussi sympathiques et prêts à coopérer que Lyhanon, le lycae (une fois redevenu lui-même, cela va sans dire) ou Acqen. Certains vont donner bien du fil à retordre à notre pauvre Ren qui commence à en avoir sa claque de l’arrogance des puissances de ce monde, et de leur mépris envers les humains. C’est décidé, une fois la guerre finie, il va falloir faire place nette et revoir certaines valeurs de cet univers !

Bon, en attendant, il faut se concentrer sur la guerre, et la mission de Ren est loin d’être achevée : réunir toutes les puissances à Ferin, la cité de Ryhaïgarhad, dont il a, souvenons-nous-en, tout oublié. Enfin, pas vraiment, parce qu’il continue à le percevoir en rêve, et même à faire l’amour avec lui, ce qui est savoureux, parce que Ryhad nous aurait vraiment trop manqué, sans ces entrevues clandestines. On retrouve un Ryhad pas du tout prêt à abandonner son Ren, et ce malgré la marque dans son dos qui s’efface… On se demande vraiment s’ils parviendront à raccommoder les morceaux cassés le moment venu, et si Ren retrouvera ses souvenirs. Je vous laisse le découvrir au fil des pages de ce troisième tome palpitant.

Je dois avouer que j’ai été un peu déçue par les retrouvailles de Ryhad et Ren. Je ne m’attendais pas à cela, et même si, une fois les explications mises au clair, j’ai bien compris qu’il était difficile qu’il en soit autrement, je n’ai pas vraiment compris la réaction de Ryhad, aux antipodes de ce que j’avais imaginée.

Autre sujet de déception pour moi, le recul de Norhan qui, une fois à Ferin, va quasiment disparaitre de l’histoire. J’adore Norhan. Alors, je suis team Ren/Ryhad, mais j’aurais aimé que Norhan garde sa place si présente auprès de Ren tout du long de ce tome. Là, à un moment donné et ce jusqu’à la fin du roman, il ne fait plus qu’apparaitre brièvement et à peine effleurer les pensées de Ren, sans compter qu’il ne lui parler presque plus, et ce pendant un bon moment… Ce n’est que mon opinion, d’autres apprécieront ce recul nécessaire à l’histoire, moi j’aurais aimé qu’il reste plus présent, sous toutes situations, et quelles que soient les décisions de Ren.

Ces déceptions n’ont pourtant entaché que très partiellement ma lecture, parce que franchement, je me suis régalée. C’était trépidant, jusqu’à la fin on est pris dans la tourmente des évènements qui s’enchainent et ne nous laissent qu’à peine reprendre notre souffle. La bataille est assez spectaculaire, comme toujours Ren doit y accomplir des choix drastiques qui auront évidemment un poids énorme dans la balance de la situation… Ren n’a sans doute pas réfléchi à ce qu’était une guerre, du moins, pas à la manière d’un guerrier. Il semble persuadé que tous ses proches seront épargnés, et que si quelqu’un doit être sacrifié, ce sera lui. Est-ce que la vie est si simple ? Comment pourrais-je répondre oui à cette question ? Malgré la présence des Lunes à ses côtés, ou parfois, à cause d’elles, Ren va devoir se remettre en question, remettre en question son univers, lutter non plus pour sa survie, mais pour ce monde et pour ceux en qui il croit… Pourra-t-il sauver tout le monde ? Une guerre se fait-elle sans morts et sans pertes ?

Les Lunes, d’ailleurs, plus on avance dans l’histoire, et plus elles sont présentes, plus on en découvre sur elles, ou plutôt sur les dieux qu’elles personnifient. J’ai aimé Jiirva et Wido, j’ai été touchée par Shieran, malgré sa froideur. J’ai détesté Shanma et Utei, même si leurs pouvoirs sont vraiment classes. Quant à Luta, eh bien, au vu du sacrifice qu’elle a demandé à Ren d’accomplir, sacrifice dont on comprend le pourquoi mais qui a tant fait souffrir Ren et Ryhad, j’ai eu du mal à l’intégrer, mais en tant que Lune de la nature, j’aime son pouvoir et ses effets… Hosgard (le dieu, pas le renard), lui, est aussi impressionnant que néfaste.

J’ai beaucoup aimé les face à face entre Ren et son double, qui se précisent au fur et à mesure que la bataille approche, puis enfin, lors de l’affrontement où, nécessairement, Ren sera forcé d’affronter le Ren maléfique, parce que l’un d’eux doit mourir pour que l’autre vainque. Les poids qui pèsent dans la balance sont énormes, et Ren aura peut-être plus à perdre qu’à gagner, mais n’est-ce pas là, après tout, le but du Ren maléfique ? La vengeance ? Que veut-il, et pourquoi agit-il de la sorte ? Rien n’est simple, et c’est ce que j’apprécie dans ce roman, c’est que les situations sont complexes, les choix interviennent de manière fréquente et drastique. Parfois, Ren fait juste face à l’impossible, mais il doit malgré tout décider d’un chemin à suivre…

Je le dis sans pudeur, la fin m’a arraché pas mal de larmes. Je ne vous dirai pas pourquoi, mais c’était terriblement émouvant. Dur ? Peut-être pas autant que je m’y attendais, mais bouleversant, très certainement. Une chose que je peux affirmer, c’est que Ren a des amis en or, et qu’il n’est pas seul dans ce combat, comme il le croit trop souvent. Et, tout au long du tome, différents personnages vont le lui rappeler. Tenter de faire rentrer dans sa tête d’obstiné qu’il n’est et ne sera jamais seul. Qu’il n’est pas le seul à être prêt à sacrifier beaucoup. Et que c’est cette union, cette force chaleureuse de l’amitié et de l’amour qui pourrait faire basculer les choses et permettre une victoire qui semble impossible. Cette force, le Ren maléfique ne la possède pas, et j’aime beaucoup ce méchant qui n’en est un que parce qu’il a souffert, que parce qu’il souffre et qu’il a été détruit par un monde sans pitié. Chacune des choses que Ren a traversées, chacun de ses combats passés, chaque humiliation, chaque souffrance, le Ren maléfique les a vécus au centuple. Personnellement, j’ai éprouvé pour lui plus de pitié que de haine, et ce malgré la situation, malgré ses actes, ses choix et les horreurs qu’il va perpétrer. Parce qu’en lui, quelque part, on retrouve un Ren tel qu’il aurait pu basculer s’il avait été brisé. Mais heureusement, notre Ren est fort, et il est entouré d’amis puissants et aimants qui, jamais, ne le laisseront sombrer ni s’enfoncer dans les ténèbres d’Hosgard… quel qu’en soit le prix.

Cette trilogie pour moi a été plus qu’un agréable moment de lecture. J’ai pris un plaisir fou à suivre les aventures de Ren, j’ai été amusée, émue, touchée, horrifiée, j’ai ri et pleuré, et ça, à mes yeux, ça vaut son pesant d’or. C’est donc une très, très belle découverte, que je ne peux que vous recommander chaudement. 

Points positifs : une jolie plume très agréable ; un univers superbe et original ; une histoire complexe, longue et passionnante ; des personnages attachants et drôles.

Points négatifs : quelques fautes trouvées à droite à gauche, mais rien qui gêne la lecture ; parfois des répétitions de mots ou de concepts qui se lisent pourtant bien.
Note: 4,6/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire