vendredi 15 septembre 2017

[Chronique] Le Renard Soldati - Charlie Cochet

Le Renard Soldati - Charlie Cochet




Titre: Le Renard Soldati (Le Prince Soldati, tome 2)
Auteure: Charlie Cochet
Éditions MxM Bookmark
Genre: romance M/M, fantasy



SERVICE PRESSE


Résumé:


Le renard du nom de Toka est au service du roi Soldati depuis des siècles. Aujourd'hui c'est au prince Riley - apprécié de tous dans le royaume - qu'il se consacre. C'est un statut prestigieux, et il trouve un profond bonheur dans l'amitié qui les relie depuis qu'il a aidé Riley à s'adapter à ce royaume magique. Il se montre également plus entreprenant lors de ses entrevues avec Rayner, guerrier Soldati et bras droit du roi. Mais la loi est claire : les serviteurs et les Soldatis ne sont pas autorisés à se lier. Le fait que Toka ait succombé depuis longtemps pour ce bourreau des cœurs n'a aucune importance.
Rayner n'aurait jamais imaginé tomber amoureux d'un serviteur, mais le splendide renard à l'esprit vif l'a envoûté. Si seulement il n'y avait pas ces restrictions stupides qui les empêchent d'être ensemble...
Lorsque l'arrogant et méprisant roi du royaume voisin leur rend visite, Rayner se voit menacé de tout perdre. Mais les guerriers Soldati ne se rendent jamais, et il a la ferme intention de se battre de toutes ses forces pour que Toka puisse rester à sa place la plus légitime : dans ses bras.


Biographie de l'auteure:


Auteure de romance M/M le jour et artiste la nuit. 

Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour ce service presse.

Le Renard Soldati suit Le Prince Soldati, mais ce n’est pas à proprement parler un second tome. Il se déroule un an plus tard, et nous emmène à la découverte d’un autre couple : Toka et Rayner. Si on y voit Riley et Khalon, l’histoire n’est plus centrée sur eux, et on n’en sait pas plus sur l’adaptation de Riley au cours de l’année qui vient de s’écouler.

Comme le précédent opus, je reste très mitigée par cette lecture, pour plusieurs raisons que je vais évoquer ici.

La traduction de ce tome-ci était aussi bonne que pour le premier opus en général, et plus fluide sur les scènes érotiques, ce qui en a rendu la lecture beaucoup plus plaisante. Heureusement, parce qu’elles sont plus nombreuses ici, et plus sensuelles également. Dans l’ensemble, ces scènes étaient très jolies et hot, Toka possède une volupté et une coquinerie bien à part, qui est très appréciable. J’y ai trouvé, par contre, des redondances qui font qu’on a un peu la sensation de relire la même scène. Ce n’est pas très gênant dans le sens où il n’y en a que trois, pas vingt-cinq. Cela passe donc très bien et j’ai beaucoup apprécié l’érotisme de ce tome-ci.

Comme le précédent, il est beaucoup trop court. Alors, ce n’est pas le format que je critique, ici, c’est le manque de profondeur de l’histoire. Tout est survolé. L’univers n’est qu’esquissé et semble uniquement servir de support à l’histoire, or il est trop complexe pour ne pas souffrir d’être si peu développé. C’est assez dommage car il pourrait y avoir un vrai contraste entre Riley, le héros du Prince Soldati, et le monde des Soldati, en fait c’est régulièrement répété qu’il y a un vrai fossé entre les deux, mais on ne le sent pas du tout. Dans ce tome qui se déroule un an après Le Prince Soldati, on réalise qu’on n’aura pas les réponses aux nombreuses questions qu’on se pose dans ce premier opus. En fait, il n’y a pas de cohérence dans le monde qu’a esquissé l’auteure. Vu comme il est intriguant et original, c’est vraiment très dommage. Pour moi c’est un gros point noir de l’histoire. L’intrigue est centrée sur la romance, en soi ce n’est pas un souci, j’adore la romance, mais il manque vraiment beaucoup d’éléments pour que la lecture en soit fluide, pour qu’on plonge complètement dedans. On a trop d’interrogations, il y a trop de données qui nous échappent, et à force, ça en devient un peu lassant. Même si je dois avouer qu’à la fin de ce tome j’ai eu envie qu’il y ait une suite, en espérant que l’univers soit plus développé, mais quelque part, je ne me fais pas d’illusion : si suite il y a, il y a des chances pour qu’elle soit comme ces deux premiers tomes. Affaire à suivre, donc !

Toujours dans le registre de cet univers fantasy, il y a de grosses lacunes, pour moi, dans les descriptions de la magie et des combats. On a la sensation d’avoir là une auteure qui a peu d’expérience dans le domaine de la fantasy, autant en lecture qu’en écriture… Le combat final est très bâclé. La magie semble intéressante, mais reste très rudimentaire, jamais détaillée ni expliquée. On a de bons éléments, mais qui ne sont pas développés, ce qui est extrêmement frustrant. Ce livre a tout pour être un bon roman, pourtant !

Les personnages sont très en dents de scie. Pour parler d’abord de ce qui m’a déplu en eux, je dirai que Khalon (le roi) n’est pas égal à lui-même, que ses décisions sont incohérentes, on dirait qu’il ne réfléchit jamais avant d’agir et essaie de se rattraper ensuite sans réfléchir vraiment plus. Ses arguments sont aussi convaincants que ceux d’un enfant, mais heureusement, il arrive parfois à convaincre son auditoire malgré tout ! ;-) Sa relation avec Riley est cucul à souhait, ce qui ne colle pas au personnage. Pavoni, le roi Dell’Orso, est fait pour être écœurant et très méchant, mais c’en est trop gros. Trop cliché. Il est méchant, il est vil, il est gros, il est bas, cruel, et en plus chez lui, c’est très sombre et menaçant, l’eau est froide et Toka se dit que c’est même une chance qu’elle soit propre. Faut pas pousser le vice non plus… Du coup ça laisse un peu de marbre, d’autant que comme pour Le Prince Soldati, l’histoire est assez téléphonée, et qu’il n’y a guère de surprises, le scénario est prédictible à peu près du début à la fin.

Par contre, j’ai vraiment accroché aux personnages de Riley ( que j’avais déjà beaucoup aimé dans Le Prince Soldati), Rayner et Toka.

Riley me fait rire avec sa façon de parler très humaine, ses réflexions sensées mais pas mâchées, et il est bienveillant et agréable à côtoyer, même pour le lecteur. J’ai bien aimé qu’il boude Khalon, j’aurais aimé que la situation dure plus que 2 jours (notamment parce que du coup, l’état de Khalon est très improbable). Ses réflexions sont justes et apportent un plus à l’histoire, surtout présentée avec sa fougue et son indignation.

Rayner possède une grande force tranquille, mais également beaucoup de charisme. Beau, séduisant, il est bien campé, et très appréciable. Son amour pour Toka est infini, sa tendresse et son désir de le protéger sont touchants, son immense dévotion également. Et son incroyable désir de posséder le goupil est, ma foi, des plus agréables à lire !

Toka est la joie de vivre incarnée. Il est comme un rayon de soleil qui est très bien représenté dans l’histoire. Courageux, déterminé, il est aussi humble et sensible. Il aime Rayner d’un amour vrai et profond, mais n’ose pas rêver à une vie pour laquelle il n’est pas fait : en tant que serviteur, il n’a pas le droit de devenir le compagnon du puissant Soldati. Il est d’une bienveillance à toute épreuve, et sa dévotion envers Rayner et envers son royaume est inconditionnelle. Ce que j’ai préféré, chez lui, c’est bien sûr son immense sensualité. Toka est un vrai coquin ! Il s’est réservé pour Rayner, refusant d’être touché par un autre que lui, mais dès qu’il est aux côtés de son Soldati, il devient d’une lascivité hallucinante. Il est décidé et sait ce qu’il veut, il sait l’exprimer et nous offre de belles scènes d’une incroyable volupté. C’est aussi un personnage très crédible, qui sait aussi bien charmer son entourage que le lecteur. Il est touchant, drôle et émouvant. Il est le principal élément qui a rendu ma lecture agréable malgré les nombreux écueils.

La romance entre Toka et Rayner est belle, dommage que son tragique soit tellement cliché qu’il a tendance à faire lever les yeux au ciel. La fin est tellement téléphonée que c’en est frustrant. Par contre, dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié la relation entre nos deux héros. J’aurais aimé encore plus de profondeur, un tragique plus dramatique (pour qu’on y croie, quoi, parce que là, c’est limite, on achète la crédibilité de l’histoire un peu à reculons), une fin plus émouvante. Mais du côté du lien Rayner/Toka, rien à dire, c’est un bel amour qu’ils se portent, et qui sait nous toucher.

En conclusion, je dirais donc que Le Renard Soldati est un bon moment de lecture, sans prise de tête. Il se lit rapidement, avec fluidité, sans ennui. Il y a beaucoup de choses que je regrette dans les choix de l’auteure et dans le manque de profondeur de son œuvre, mais c’est resté une agréable lecture, avec des personnages qui m’ont beaucoup plu.



Points positifs : une traduction fluide, un style rythmé ; des personnages attachants, touchants et drôles.


Points négatifs : un univers pas assez approfondi ; certains personnages trop incohérents ; trop de clichés et de manques dans l’histoire.


Note: 3,6/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire