jeudi 14 septembre 2017

[Chronique] Le Prince Soldati - Charlie Cochet


Le Prince Soldati - Charlie Cochet



Titre: Le Prince Soldati
Auteure: Charlie Cochet
Éditions MxM Bookmark
Genre: romance M/M, fantasy



SERVICE PRESSE


Résumé:


Un jour, Riley Murrough mène la vie normale d’un employé de café et le suivant, il se retrouve à fuir des démons pour sauver sa peau, apprend qu’il porte la marque du roi métamorphe d’un royaume magique et, pire que tout, qu’il est destiné à devenir le prince consort de cet arrogant tigre garou qu’il préférerait plutôt étrangler.Khalon, le roi métamorphe, est tout autant désemparé à l’idée d’être lié à un consort humain. Avec l’aide de ses guerriers Soldati, il se prépare à ramener Riley dans ce monde d’où il n’aurait jamais dû sortir. Pendant leur périple, ils pourraient être amené à découvrir pourquoi la déesse les a rassemblés... s’ils parviennent à échapper aux démons et à la rejoindre en vie...


Biographie de l'auteure:


Auteure de romance M/M le jour et artiste la nuit. 

Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour ce service presse. Encore un roman que j’avais très envie de découvrir ! J’avais vu que Le Renard Soldati allait sortir, et j’ai sauté sur l’occasion de sa sortie pour démarrer sur Le Prince.

Alors, je dois avouer que je suis un peu mitigée par cette lecture au final. Je vais vous expliquer pourquoi, il y a plusieurs points sur lesquels je débats encore avec moi-même sans parvenir à avoir un avis complètement équilibré.
Je vais d’abord vous parler de son écriture. C’est assez particulier, c’est la première fois que je chronique un roman traduit, et je réalise qu’il est complexe de parler réellement du style d’écriture dans ces conditions. Du moins, de celui de l’auteure. Bon, le roman est très rythmé, je pense qu’en anglais, il doit être un régal au niveau du style. Je vais donc me concentrer un peu sur la traduction, puisque chaque traducteur laisse sa patte, son signe, son style dans son travail. Dans l’ensemble, la traduction est très sympa à lire, fluide, douce, on a l’impression de lire un roman en français et non une simple traduction. C’est toujours un défi pour moi de prendre du plaisir à lire un roman traduit, parce qu’il y a souvent des défauts qui font que la lecture en est moins agréable. Et pour le coup, jusqu’à plus de 70% du roman, je vraiment beaucoup accroché au style de la traductrice. Certaines expressions, de temps en temps, m’ont donné la sensation de lire de l’américain traduit et non du vrai français, mais c’est resté très rare, je trouve la traduction de qualité… sauf pour ce qui a été de l’érotisme. Autant les scènes de baisers sont très belles, très intenses, on s’y perd complètement, autant LA scène érotique qu’on attendait… m’a vraiment déçue. Parce qu’à mes yeux, à ce moment-là, la traduction s’est faite trop littérale, ça sentait les expressions américaines, c’était trop flou, trop brouillon. C’est le seul gros souci au niveau de la plume, je dirais, pour le reste, la traductrice a quand même vraiment bien assuré. Mais sachant comme j’apprécie les scènes érotiques, je ne pouvais pas ne pas parler de ce passage qui m’a laissée plus que perplexe.

Laissons-là les plumes de l’auteure et de la traductrice pour passer à l’histoire. Alors, l’univers est très sympa. Pas très fouillé, en 144 pages (version imprimée, nombre de pages trouvé sur amazon) évidemment on n’a pas beaucoup de temps pour décrire un monde fantasy. Ce n’est qu’un premier tome, je suppose que l’univers sera de plus en plus travaillé, mais à mes yeux, il est un peu trop survolé. On a envie d’en savoir plus. Au moins, ça donne envie de découvrir la suite pour en apprendre davantage ! Ce roman se passe dans notre monde, mais avec des créatures fantasy, dissimulées aux humains, et qui possèdent leurs propres royaumes cachés. Pour l’instant, nous avons découvert que beaucoup de créatures des contes de fées y existent, mais nous ne les avons pas toutes rencontrées, loin de là. Les créatures qu’on y découvre sont cependant fascinantes : les Soldati (tigres-garous) et leurs serviteurs goupils (renards-garous), ainsi que les démons, qui sont abominables et glacent les sangs.

Ma préférence va évidemment aux goupils, ces êtres joyeux et serviables, remplis de gentillesse, de bonne humeur et d’affection. Ils sont un peuple qui sera développé dans le tome 2, mais qu’on aperçoit déjà pas mal dans le tome 1, même si on sait peu de choses d’eux. J’ai beaucoup aimé Toka, même si on l’aperçoit peu, et j’ai bien accroché avec Flora et Lasa, le couple de renardes du petit village où Riley et Khalon vont rester coincés pendant une grosse partie de ce tome 1.

Le Soldati semblent très complexes, ils ont des pouvoirs qu’on aimerait voir plus développés, qui, je trouve, manquent encore un peu de profondeur, mais cela sera peut-être plus étudié dans la suite. Ils sont grands, puissants, mais ce sont des êtres bons et bienveillants également. Khalon a un sacré caractère, mais on apprend vite que derrière son ton bourru et ses râleries, c’est un homme au grand cœur. Il est aussi séduisant que sexy, et on a très vite envie qu’il se rapproche de Riley. Même si lui est partagé entre ce qu’il croit être son devoir, et ce que lui souffle son âme, nous autres, lecteurs sans pitié, attendons avec impatience ce rapprochement, et le savourons. Pendant les 70 premiers % de l’histoire, j’ai vraiment apprécié cette romance pimentée et acidulée, les disputes de Riley et Khalon, leurs façon de s’agacer l’un l’autre, mais aussi leur attirance viscérale, qui donne lieu à des scènes torrides et frustrantes à la fois. Passés ces 70%, quelque chose, dans l’histoire, a perdu à mes yeux de sa force, de son dynamisme pour tomber dans une romance plus téléphonée et un poil gniangnian. Quel dommage, parce que j’avais beaucoup accroché avec ces deux héros. La fin m’a laissée presque de marbre, à part cette petite pointe d’agacement que j’ai ressentie à partir du moment où j’ai compris que, vu le temps qu’il restait à l’histoire et sachant que le tome suivant se centre sur un autre couple, ça allait déraper dans cette direction. Et ça n’a pas manqué, ce qui est triste, ça partait tellement bien ! Du coup j’ai perdu un peu de mon engouement pour les deux héros. Bon, ça reste une fin bon public, on est heureux pour eux et tout, mais il manque quelque chose pour que ce livre ait un vrai cachet, que l’histoire reste à la hauteur de son début addictif… peut-être une centaine de pages supplémentaires ? Je rigole, mais quand on voit qu’il ne se passe rien de notable en 100 pages, on est un peu déstabilisé que les 50 pages restantes (approximativement, je n’ai pas vérifié le nombre de pages sur ma liseuse ^^) soient aussi précipitées.

Le personnage de Riley est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Humain au franc-parler à la hauteur de son ironie mordante et de sa gourmandise, il est drôle, courageux et touchant. On s’y attache très vite, et on ne perd pas en intérêt pour lui. On a envie de voir de quoi il sera capable dans ce monde qu’il fait sien peu à peu, mais dont il ignorait tout quelques jours plus tôt… Autour de lui, les autres personnages tombent sous son charme, comprenez par là qu’ils l’apprécient et le traite avec respect et affection. Quant à Khalon, eh bien, il va rapidement passer de son agacement notoire et de son désir de renvoyer immédiatement Riley dans son monde à une fascination grandissante et une attirance de plus en plus visible…

Les autres personnages sont peu développés, mais le seront sans doute en partie dans le second volume de cette série, sachant qu’il sera centré sur le goupil Toka et le Soldati Rayner, qu’on apprécie dès le tome 1 avec son humour et son franc-parler, sa gentillesse et son charme. Je ne peux pas me prononcer sur Adira ou Ezra, qui sont trop peu présents pour qu’on les cerne vraiment ou pour qu’on s’attache à eux…

Il y a aussi pas mal de choses que j’ai trouvé trop clichées. Autant dans l’ensemble on est dans un univers original, avec une romance rafraichissante, autant dans certains gestes, actes, sentiments, ça fait très hollywoodien. Les personnages qui passent leur temps à pencher leur tête sur le côté ou à passer leur langue sur leur lèvre inférieure, ça va bien deux minutes, mais au bout d’un moment ça fait lever les yeux au ciel.

La magie, au contraire, même si elle est encore peu développée, est très intéressante et originale. On a envie d’en savoir plus sur les démons et leurs pouvoirs, et sur l’historique de leur combat contre les Soldati.

La scène de combat « final » est trop peu travaillée à mon goût, très embrouillé, on a du mal à percevoir de manière réaliste ce qui se passe et à accrocher, disons qu’il n’y a aucune tension dans cette scène, ni dans sa conclusion. Ça manque étrangement d’émotions. Alors que dans tout le début de la relation Riley/Khalon, au contraire, l’émotion est très présente, et facilement partagée avec le lecteur…

Comme vous le voyez, je suis très mitigée sur cette lecture que j’ai bien aimée, mais qui aurait mérité d’être plus creusée et travaillée.

En conclusion, je dirai que Le Prince Soldati a un début sur les chapeaux de roue, très prometteur, des personnages plutôt attachants, un univers intriguant, et que c’est un bon moment de lecture. La plume est jolie malgré quelques cafouillages, l’histoire est prenante, il se lit d’une traite sans s’ennuyer. Dommage que la fin ne soit pas à la hauteur. J’espère que le tome 2 (Le Renard Soldati) nous apportera les éléments manquants et nous permettra de combler ces petits « moins » qui hélas le rendent un peu décevant, même si je ne regrette pas ma lecture, qui est restée agréable malgré tout !



Points positifs : une jolie traduction dynamique et légère ; un univers intrigant à développer ; des personnages drôles avec une relation tendue amusante et touchante.

Points négatifs : des cafouillages dans la traduction, en général pas gênantes, mais la scène érotique m’a semblé vraiment embrouillée dans sa traduction ; trop court, trop survolé dans l’univers et l’intrigue ; les 30 derniers % sont beaucoup trop précipités ; le combat et la scène érotique m’ont laissée de marbre.



Note: 3,6/5 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire