samedi 24 juin 2017

[Interviews] Laureline Amanieux



Bonjour à tous,
 
On se retrouve pour une nouvelle interview et c'est Laureline Amanieux qui nous rejoint sur le blog aujourd'hui.
 
 
 
 
*****
 
 
 
Bonjour Laureline et bienvenue sur Amabooksaddict,





1. Pour commencer, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis un écrivain hybride. Je compte parmi ces auteurs qui publient dans l'édition traditionnelle et aussi en édition indépendante (l'autoédition). J'ai publié dans trois directions : des poèmes lyriques dès les années 1995 jusqu'en 2000 aux éditions du Club des poètes, des essais de Littérature chez Albin Michel (en particulier sur l'oeuvre d'Amélie Nothomb) à partir de 2005, et enfin des ouvrages de Développement Personnel qui croisent les mythes universels et la psychologie positive en 2011 et 2012, aux éditions Albin Michel et Payot. Je suis de fait convaincue que les textes, de l'antiquité à nos jours, nous aident à faire de notre vie une quête accomplie. Quant à mon parcours, je suis Docteur es Lettres, ancien professeur de Français, devenue aujourd'hui chroniqueuse en presse (pour Bayard presse) et réalisatrice de documentaires pour les chaînes de télévision et du web. J'enseigne par ailleurs l'écriture du documentaire sur ecrireundocumentaire.fr et je produis le site www.savoirchanger.org 

 

 

2. Depuis quel âge écrivez-vous ? Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire la première fois ?

D'abord, j'ai été dès l'enfance une grande lectrice en tous genres, et j'adorais l'exercice des rédactions scolaires. Mais j'écris vraiment depuis l'âge de 13 ans. J'ai commencé par des poèmes et des nouvelles, grâce à une extraordinaire professeur de Français dont je raconte justement l'histoire dans mon recueil de nouvelles "La Nuit s'évapore" : une vocation tient souvent à une rencontre forte. Elle nous a éveillés à la littérature en nous montrant combien les beaux textes pouvaient nous faire grandir et nous extraire de nos souffrances d'adolescentes. Elle était très étonnante. On étaient en classe de 4e et elle arrivait avec des poèmes de Baudelaire sous le bras ou les nouvelles d'Edgard Poe. Quand elle nous demandait en classe une explication de texte, on ne devait pas la faire avec notre culture : "ça doit venir de vos entrailles", disait-elle. Ca change une vie !

 

 

3. Pouvez-vous nous parler de votre parcours concernant la publication de votre livre ?

Pour ce premier recueil de nouvelles littéraires, publié en février 2017, c'est paradoxalement le retour valorisant, par mail et lettre personnalisée de maisons d'édition traditionnelle comme Stock ou Phoebus, qui m'ont encouragée à choisir l'autoédition. Les éditeurs n'allaient pas jusqu'à s'engager, mais ils faisaient des compliments sur mon écriture. J'ai reçu des suggestions précieuses de remaniements. Enfin, mes bêta-lecteurs étaient enthousiastes et leurs retours ont encore amélioré mon texte. Alors j'ai sauté le pas pour partager mon livre, au lieu de le remettre dans un tiroir, et c'est une expérience fabuleuse ! Les outils d'élaboration sont simplifiés et l'on peut publier gratuitement en ebook et en impression papier à la demande tout en proposant un prix raisonnable aux lecteurs. Je ne m'attendais pas à rencontrer une communauté d'auteurs indépendants solidaire et organisant régulièrement des dédicaces : je me suis sentie accueillie. Je reçois beaucoup de soutien aussi de mon entourage et d'amies romancières comme Amélie Nothomb ou Stéphanie Janicot. Les nombreux retours des lecteurs sont un cadeau ; les échanges avec eux sont directs grâce au web. Tout cela donne vraiment vie au livre. 

 

 

4. D'où viennent vos idées pour l'écriture ?

Du réel ! Toutes mes nouvelles racontent des chemins de résilience, quand on parvient à se reconstruire au-delà de la douleur, et elles sont toutes inspirées de personnes réelles, même si j'ai changé les noms et transposé en fiction. J'ai véritablement récolté des histoires, pris des notes, effectué un tri... pendant plusieurs années. Je croise deux genres dans "La Nuit s'évapore" : le genre de l'autofiction, puisque je mets en scène une narratrice qui me ressemble, et celui de la biographie romancée à travers le récit de "Vies" brèves, exemplaires, inspirantes. J'ai aussi puisé dans des souvenirs personnels et mon imaginaire. Ce qui n'empêche pas la présence de l'onirisme ! Dans chaque nouvelle, les personnages expérimentent des visions fantastiques, presque des états modifiés de conscience au sens chamanique. Le monde tout à coup se déforme autour d'eux : c'est pour moi indispensable de telles scènes pour essayer de rendre ces instants où un drame frappe nos vies, où tout paraît devenir obscur autour de nous. A l'inverse, dès que nous trouvons une issue de secours, tout se solidifie et s'éclaircit.

 

 

5. En quelques mots, pouvez-vous nous présenter votre livre ?

Mon livre "La Nuit s'évapore" repose sur une conviction : vivre un drame peut nous donner la chance de renaître, et quels que soient les changements que l’on subit le plus souvent, nous possédons une capacité à changer par nous-mêmes de manière positive. Alors je raconte l’histoire de 10 personnages qui après une épreuve changent vraiment pour le meilleur. Ce sont des histoires qui font du bien quand la vie fait mal. La narratrice apparaît aussi en fil rouge dans chaque nouvelle : elle recueille en effet ces récits de renaissance pour parvenir à faire le deuil d'une amie proche.



 

6. Avez-vous d'autres projets à venir ?

Je suis très engagée dans l'écriture et la réalisation de documentaires en ce moment, ce qui m'éloigne de l'écriture fictionnelle, mais j'ai déjà quelques nouvelles prêtes pour un prochain recueil, entièrement dédié au thème de l'amour. J'espère poursuivre le manuscrit sur 2018.

 

 

7. Avez-vous un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Oui, je lis des poèmes ou des extraits de romans inspirants : cela va des récits poétiques de Gérard de Nerval à ceux de Christian Bobin, en passant par les romans ou nouvelles de Haruki Murakami, des auteurs dont je me sens proche en termes de style ou d'univers. Pour "La Nuit s'évapore", le livre des Métamorphoses d'Ovide joue un rôle direct dans la narration, et je me réfère pour chaque nouvelle à un mythe en arrière-plan, car ce que je raconte, ce sont des métamorphoses positives qui peuvent toucher chacun de nous.

 

 

8. Pour finir, un dernier mot ?

MERCI ! L'accomplissement pour un écrivain, c'est quand son livre rencontre une communauté de lecteurs, et des bloggueurs comme vous, des booktubeurs, des journalistes, et d'autres auteurs qui prennent le temps d'en parler. Je me sens reconnaissante et comblée.





*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Laureline et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'auteure sur TwitterYouTube et son Blog. Son roman est disponible sur Amazon.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire