jeudi 15 juin 2017

[Interviews] Axel Ander

 
 
 
 
Bonjour à tous,
 
On se retrouve avec une nouvelle interview et c'est Axel Ander qui nous rejoint sur le blog aujourd'hui.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Axel et bienvenue sur Amabooksaddict,







1. Pour commencer, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, me présenter en quelques mots est une gageure que je n'ai jamais pu remplir. Pour commencer, il faudrait que j'ai une vue claire de ma propre personne, condition résultant seulement de ma connaissance "de l'univers et des dieux", comme avisé au fronton du temple Grec bien connu. Or, comme tout un chacun, j'en suis fort éloigné, n'ayant visiblement pas compris que tout cela ne fait aucune différence. Bref, dans le cadre de cet exercice, je serais Axel Ander, pseudonyme choisi pour défendre librement mes vues sans attirer l'opprobre alentours, car non content de portraîtiser dans mon écriture , et avec délectation, des vampires dans toute la gloire de leurs activité délictueuses et proprement profanatrices, je me livre également sous cette appellation à des occupations impliquant des cordes, une victime consentante et du matos photo...





2. Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est-ce qui t' a poussé à écrire la première fois ?

Petit, j'abhorrais l'écriture, la lecture et toute forme de travail scolaire. Plus tard, vers 11 ou 12 ans, je découvrais le jeu de rôle, la fantasy, la SF... J'y ai investit beaucoup de temps, et mes écrits ont été des scenarii innombrables qui devraient être distillé à des groupes de joueurs durant une douzaine d'années. Ceci dit, la plupart de mes scenarii se résumaient à un synopsis de 10 lignes.
La vérité, c'est que l'on m'a suffisamment répété que mon expression, tant verbale qu'écrite, était supérieure, pour que je le comprenne. Hélas, mon ambition étant à la philosophie, j'étais bien sûr en ce domaine de très loin distancé par ceux, nombreux, qui ont reçu une longue formation en la matière, et tant a été dit que ce n'est que dans les derniers âges de la vie qu'il convient d'élever la voix ou la plume sur les sujets délicats. Ayant par ailleurs grand loisir de mon temps aux cotés de mon épouse qui écrit énormément, j'ai finit par me laisser attraper au jeu, et j'entamais un premier jet, sans scénario, juste pour trouver mon style et voir si j'étais capable de me lancer dans un roman. Au bout de quelques dizaines de pages, j'ai compris que je pouvais directement écrire un roman, alors j'ai planché sur les idées que je voulais faire passer, créé mes perso, mon scénario...






3. Pourquoi publier en autoédition ?

Je ne pense pas du tout à gagner de l'argent avec l'écriture pour le moment, démarcher des maisons d'édition ne m'est pas venu à l'idée, je ne veux dépenser aucune sorte d'énergie la dedans. Un jour prochain, il est possible qu'un gouvernement règle mieux cette question des auteurs, qui sont les exploités d'un système de distribution capitaliste depuis qu'il existe.





4. D'où viennent tes idées pour l'écriture ?

A la base, mon but était de démontrer que la Foi vainc les ténèbres, et au final, je prends bien plus de plaisir à démontrer que le mal triomphe, dans les cœurs et dans les esprits, bien qu'il ne soit qu'un agent du déroulement des choses, c'est à dire néant. Ça fait sans doute un peu nihiliste, et dans le même temps il ne faut pas moins que cela pour attirer une âme vers le monde de la nuit. Sinon, pour répondre à la question, les idées ne me viennent pas, je vais les chercher selon les besoins de ce que j'ai décidé. C'est pour ça que j'aime les vampires anciens. Ils font comme ils décident, ils calculent.





5. En quelques mots, peux-tu nous présenter ton/tes roman(s) ?

C'est l'histoire d'une vampire du XIIe siècle qui a une vendetta au long cours contre les maitres de sa lignée. C'est aussi le journal intime d'un jeune homme au cœur pur dont le destin va se trouver emmêlé dans la concupiscence de la créature. Enfin, c'est une ode joyeuse au sexe, à la violence et à la manipulation des sociétés humaines pour l'accomplissement de seuls objectifs personnels... évidemment cela laisse place à la lutte, à la réflexion, et même à une romance contaminée par l'ombre de la bête.





6. As-tu d'autres projets à venir ?

En fait, je n'ai pas fini le troisième épisode (presque), mais je pense souvent au 4eme, qui sera peut être le dernier. Cependant, je dois dire que je n'ai pas écrit depuis un moment, mais un jour, les étoiles seront à nouveau favorables...





7. As-tu un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Ouvrir Libroffice, passer 9/10 du temps à regarder dans le vide et 1/10 à taper sur le clavier (ou plutôt 1/20 sur les lettres et 1/20 sur le bouton retour arrière...). Ah, et sinon, je finis toujours en saignant un poulet. Mais le plus important pour moi a été la création de mon personnage, les notes que j'ai pu écrire sur les protagonistes, et l'élaboration du scénario, après, l'écriture, c'est la réalisation de tout ça. En fait, je crois que je ne saisit pas bien cette histoire de rituel.





8. Pour finir, un dernier mot ?

J’encourage les gens à utiliser l'imparfait du subjonctif. Il ne faut pas avoir honte de sa langue. Ah, et aussi, apprenez l'anglais, le français n'a qu'un avenir local, et vous pourrez regarder de bons films.





*****
 
L'interview touche à sa fin, merci encore Axel et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'auteur sur Twitter et Facebook (Photos) ; ses romans disponibles sur Amazon.
 
 
Mes Chroniques :
 
 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire