jeudi 19 octobre 2017

[Throwback Thursday Livresque] Sanglant ou Nocturne


 


On se retrouve aujourd'hui pour un nouvel article concernant le rendez-vous "Throwback Thursday Livresque" de Bettie Rose Books.

Pour ceux qui ne connaissent toujours pas, voici ce qu'elle en dit : "Conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine je fixerai un thème et il faudra partager la lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !"

Je ne sais pas vous mais moi, j'aime beaucoup ce principe et c'est avec joie que j'ai décidé de le reprendre sur le blog!
 
 
*****
 
Vous l'avez surement vu mais j'ai raté plusieurs TBTL car oubli, manque de temps ou petite déprime. Du coup, je reviens aujourd'hui avec le TBTL du jour mais également ceux que j'ai raté les semaines dernières.
 
 
 
 
Jeudi 05 Octobre
 
 
 Au début, je pensais à Jäger d'Amhéliie et Maryrhage mais le roman n'est même pas encore sortie alors bon ... (lu sur leur blog quand il était dispo et déjà précommandé la version numérique :3) du coup je me suis dis que j'allais rester avec ces deux autrices et parler de Légion, le premier tome, écrit par Amhéliie et dont voici ma chronique.

 

« Lorsqu’elle rencontre Tristan, Ezra ne sait pas dans quoi elle s’embarque. Femme amoureuse d’aventure et indépendante, à son âge, son rêve n’est pas de tomber sur le prince charmant, encore moins de s’engager avec une mauvaise copie de ce dernier, un brin fêlé, amateur de gros calibre et tiré à quatre épingles. En effet, Tristan est Légionnaire. Il n’existe pas aux yeux de la société, n’a pas de liberté, ne peut décider de rien. Sa vie c’est le danger, l’ordre et la discipline. Pourtant, malgré les interdits et les barrières imposées par sa situation de militaire, ils vont s’aimer. Mais derrière les apparences, un code d’honneur, et un milieu très secret, la jeune femme va se rendre compte qu’il se cache toujours une part d’ombre dans le regard de ces hommes qui donnent leur vie pour la France. Cette fois-ci, ce qui se passe à la Légion, ne restera pas seulement à Légion. »
 

Pour la faire courte, c'est une photographe qui tombe amoureuse d'un légionnaire. Nous suivons d'un côté les missions de Tristan, le danger de chacune et le combat qu'il mène au quotidien, et de l'autre les voyages d'Ezra qui parcoure le monde avec son appareil photo pour montrer au monde une autre facette de celui-ci.

 
 
 
 
Jeudi 12 Octobre
 
 
 Pour celui-ci j'ai cherché un bout de temps avant de trouver puis, finalement, quand je suis tombée sur la couverture et le titre, je me suis dis que c'était exactement ça !

Dans l'Arbre-Mère d'Alkü, c'est l'effervescence. La saison des naissances est sur le point de commencer, et cette cueillette s'annonce exceptionnelle : dans son bourgeon, l'un des bébés à naître semble disposer d'un pouvoir hors du commun ! Le Maître-sève Nikodemus Saule ne le sait pas encore, mais cet événement va marquer le début du Grand Automne...
 
 Chronique


C'est ici un univers riche dans lequel l'auteur nous immerge totalement. Tout est écrit pour que le lecteur se laisse emporter par la plume fluide et agréable de l'auteur, les personnages sont tous très attachants et possèdent un petit quelque chose qui fait la différence au fil des pages.
 
 


 
Jeudi 19 Octobre
 

Pour celui-ci j'ai eu plusieurs idées, je me suis finalement tournée vers le premier tome du Couloir des Ames de Julie JKR.

Claire Porter a 18 ans et vit avec sa grand-mère, Millie, à Staten Falls, la petite ville du Montana qui l'a vue naître et qu'elle n'a jamais quittéee. Elle ne connait pas son père, et sa mère a mystérieuseument disparu depuis huit ans. Claire partage donc son existence entre Millie et Lucas, son seul ami, qu'elle garde égoïstement pour elle et qu'elle ne veut présenter à personne. Aucune ombre ne vient assombrir ce tableau, jusqu'au soir où Millie décède de manière brutale. Peu après, on remet à Claire une lettre grâce à laquelle elle apprend que sa mère entretenait une correspondance avec un homme qui ne signait ses courriers que par les initiales LM et qui réside en France. Claire décide aussitôt de partir sur les traces de cet inconnu. Lucas lui promet de la rejoindre dès que possible. Commence alors pour la jeune fille un long périple dans le monde de la magie noire, semé d'embûches et de dangers, au cours duquel elle découvrira enfin la vérité sur sa naissance, sur ses parents, sur son passé. Autant de secrets qu'elle n'aurait sans doute préféré ne jamais déterrer. Dans cette histoire où le suspense et la terreur vont en un crescendo insidieux, Julie JKR rappelle au lecteur à quel point la curiosité est un vilain défaut.
 
 
 
C'est ici une duologie, publiée en auto-édition, que j'ai lu il y a bien longtemps maintenant. C'est un univers très riche et je peux vous dire que Marshall fait froid dans le dos. C'est vraiment le genre de protagoniste que je ne veux pas voir dans mes rêves !! ^^
J'ai totalement adoré l'intrigue de ce roman et je suis plus qu'impatiente de lire un autre roman de l'autrice car je suis certaine que, premièrement, je vais avoir bien peur, et deuxièmement, ce sera une très bonne découverte !
 
 

[Chronique] Kuroneko le Doute 2 - Aya Sakyo

Kuroneko, Le Doute, tome 2 - Aya Sakyo




Titre: Kuroneko, Le doute
Auteure: Aya Sakyo
Éditions Taifu Comics
Genre: yaoi, bitlit
2 tomes parus, série en cours, 3 tomes prévus.



SERVICE PRESSE


Résumé:


Shingo le chat noir et Keiichi le léopard vivent ensemble. Ils coulaient des jours heureux jusqu’à ce que Keiichi accepte un rôle dans un lm hollywoodien et donc de passer du temps à l’étranger. Comme Shingo s’est rendu compte qu’il n’arrivait plus à sentir l’odeur de Keiichi, il se demande si cela signifie que ce dernier s’est lassé de lui...




Biographie de l'auteure:


De son vrai nom Ukyou Ayane, sous lequel elle écrit des shojo, elle se fait aussi récemment appelé Sakyo Aya, nom qu'elle utilise pour écrire des yaoi ; sa nouvelle passion depuis 2009.

Elle adore les mangas, les chats, le pachinko, voyager et dormir. Ses groupes de musique favoris sont B'zSuga Shikao et 
V6 et elle adore 
Itazura na KissDevilman et l'auteur Shinamoto Kazuhiko.

Mangaka depuis 1995, elle est très appréciée pour la beauté de son style graphique et pour ses histoires particulièrement matures, voir érotiques. Récemment éprise du genre Boy's Love, elle réalise dernièrement de nombreux titres du genre, dont leur succès les emmènent à chaque fois en top des ventes au Japon. Amoureuse des chats, ses BL ont souvent pour thème les chats-garous.


Chronique d'Aurélie


Tout d’abord un grand merci à Taifu Comics pour cette nouvelle découverte coup de cœur. Ces deux félins sensuels et attachants ont encore une fois su me transporter tout à fait dans leur univers et savourer ma lecture.

La couverture est juste à tomber. J’avais déjà eu un coup de cœur sur celle du tome précédent, dont j’ai trouvé l’affiche, qui trône sur la porte de ma chambre. Celle de ce second opus est tout aussi belle. Bon, la beauté des couvertures de cette série pourrait devenir une habitude, mais à chaque fois que j’en découvre une nouvelle, je fonds complètement.

Comme toujours, les trois premières pages sont en couleur. Ce qui rajoute un gros plus à ce manga, surtout qu’on a toujours droit à de magnifiques scènes érotiques à souhait. Déjà qu’en noir et blanc elles sont chaudes et splendides, alors en couleur, comment y résister et ne pas plonger tête la première dans le manga pour rejoindre nos deux héros.

L’histoire de ce second opus est à la hauteur, et très surprenante. Comme toujours, Shingo se montre aussi imprévisible et changeant qu’un chat. C’est comme ça qu’on l’aime, même si comme d’habitude, il fait des bêtises qu’il assume avec une nonchalance qui n’est que feinte. Shingo a toujours eu ce recul, cette façon de se désengager, d’éviter de s’émouvoir, et quand c’est trop dur, il se change en chat et erre sans but, se comportant en vrai matou. Mais qu’il soit sous forme d’homme ou de chat, Shingo reste identique à lui-même, et son caractère est vraiment très félin.

C’est pour cela qu’aussi étonnée que j’aie pu être par sa décision et son soudain changement de cap, lié au fait, on s’en souvient, qu’il ne parvient plus à sentir l’odeur de Keiichi, je l’ai trouvé malgré tout toujours aussi attachant et fascinant. On sent sa souffrance derrière son masque de neutralité, qu’il ne pose pas que pour les autres, mais également pour lui-même.

Shingo est vraiment un personnage coup de cœur, pour moi. J’aime sa nonchalance, ses changements d’humeur, son mauvais caractère doublé de sensualité. Il a tout ce qu’il faut pour faire foirer une belle histoire d’amour et nous offrir des rebondissements inattendus sans que ce soit téléphoné ou lassant, et en prime, il est vraiment touchant. Parce qu’il reste, au fond, un chat abandonné qui craint tellement de se retrouver seul qu’il chasse ses proches, ou les traite de manière à les provoquer. À provoquer l’abandon. C’est une réelle dualité, qu’il possède-là, et qui lui va bien tout en attristant le lecteur. Bien sûr, on souhaite son bonheur. Mais on ne peut pas s’empêcher d’être plus touché par son côté chat de gouttière isolé, qui cache ses émotions derrière des actes qu’il ne pourra que regretter.

Keiichi, dans ce tome, est un peu moins présent. On est plus centré sur Shingo, mais on ressent également sa souffrance à l’idée d’être séparé de Shingo, sa détresse face aux réactions incohérentes et incompréhensibles de ce dernier, ses questionnements, son désarroi. Comment doit-il réagir face à un Shingo qui joue la nonchalance et le détachement total ? Doit-il le forcer à communiquer (chose qui, on le sait, n’est jamais gagné avec notre chat noir préféré), ou bien se mettre à le fuir à son tour ? Comment vivre aux USA le temps du tournage, alors qu’il est si loin de l’amour de sa vie, le seul être qui l’ait fait vibrer de cette manière ? Ses sentiments sont poignants, son désespoir, touchant.

Dans ce tableau des plus gris et moroses, on retrouve Yûjin et bien sûr Léo qui, cette fois, vont eux aussi nous toucher et nous émouvoir, par leurs mots et leur inquiétude pour les deux amants séparés. Ce tome est vraiment un tome mélancolique. Une autre façon d’aborder l’amour, avec ce qu’il peut avoir de triste et de désemparant. Pour les êtres qui s’aiment et ne se comprennent plus, mais aussi pour leur entourage qui se questionne sur son rôle à jouer, la meilleure manière de soutenir ces proches qui se cherchent et se fuient, et se font tellement de mal quand ils ont tout pour être heureux.

L’histoire de ce second tome s’achève sur une note inattendue et très poignante, qui donne envie de découvrir immédiatement le troisième opus, puisque troisième opus il y aura ! Et c’est vraiment une bonne nouvelle, même si encore une fois ça nous oblige à patienter… ;-)

On finit sur une scène d’amour brûlante, dans tous les sens du terme. Avec de la tendresse, de l’humour, de la complicité, et un grand malade qu’on aura décidé de traiter d’une bien merveilleuse manière… Quel plaisir de refermer ce manga sur une note d’érotisme et de fraicheur à la Kuroneko !

Cette nouvelle série de Kuroneko est donc, pour l’instant, bien dans la lignée des précédentes : un vrai bijou, un dosage parfait et explosif entre de nombreuses scènes érotiques et une histoire complexe, touchante et remplie d’émotions fortes. On pourrait croire à première vue que les scènes de sexe prennent toute la place et n’en laisse aucune pour une vraie histoire, mais je peux vous assurer que Kuroneko possède une trame qui en fait un manga de très haute qualité, un de mes principaux coups de cœur !




Points positifs : une relation complexe et touchante ; une histoire qui prend un axe inattendu plus mélancolique qui nous montre les facettes blessées de Shingo ; des caractères très félins et attachants ; des dessins splendides ; des scènes érotiques magnifiques et intenses.

Points négatifs : pas trouvés.





Note: 4,8/5


[Chronique] Foster Brother - Aurélie Chateaux-Martin




Titre : Foster Brother
Auteur : Aurélie Chateaux-Martin
Autoédition
Modèle : Maxime Duranté
Genres : Romance, MxM, LGBT+
Sortie : 19 Octobre 2017
Prix : Numérique






SERVICE PRESSE
En avant première






Résumé : Une romance gay entre deux ados.
La famille Schmidt est famille d'accueil depuis longtemps.
Après un échec cuisant avec leur précédent locataire, ils décident de recueillir Raph, un adolescent qui a été déplacé de la famille dans laquelle il était reçu à cause de son comportement violent et revêche.
Angel Schmidt, seize ans et demi, est tout sauf ravi de recevoir ce nouveau pensionnaire qui promet d'être un vrai calvaire à supporter. Mais quand il découvre Raphaël pour la première fois, il est séduit par sa beauté farouche et son impertinence sauvage. La vie de la famille Schmidt risque bel et bien d'être fortement bouleversée par l'arrivée de ce nouveau venu aussi charmant que rebelle...






Avis : Pour commencer, j'aimerais remercier à nouveau Aurélie Chateaux-Martin pour sa confiance, son amitié, nos échanges et ses envois réguliers. A vrai dire, un simple "merci" n'est toujours pas assez fort à mes yeux..

Nous faisons la rencontre de la famille Schmidt, Angel, sa petite sœur Ines et leurs parents Greta et Mark. Ils décident d'accueillir Raph, un adolescent qui a changé de famille et a été renvoyé de son précédent lycée pour cause de violence.
Au début de l'histoire, Raph est tout de suite accueilli correctement par sa nouvelle famille, pourtant, il n'hésite pas à se montrer particulièrement distant et froid envers son frère d'accueil, Angel.

Nous suivons donc les deux protagonistes principaux dans une double narration qui nous permet de bien connaître les deux garçons. Petit à petit, nous apprenons le grand secret de l'un puis celui de l'autre, ce qui permet de nous attacher un peu plus à eux.

J'ai beaucoup accroché avec Angel qui est un jeune homme très intelligent et doué dans tout ce qu'il entreprend. Pourtant, ce n'est pas pour lui que j'ai vraiment eu un gros coup de cœur mais plutôt pour Raph, ce jeune homme qui a beaucoup souffert à cause de ses vrais parents et également de son précédent lycée et ses anciens camarades. Il a mauvais caractère, il est borné mais bon élève tout de même et j'ai totalement adoré suivre ce personnage au fil des pages.

C'est le premier roman qu'Aurélie écrit dans le monde réel, c'était donc une première pour elle en tant qu'autrice et pour moi en tant que sa beta lectrice et je dois dire que j'ai beaucoup aimé. C'était une lecture très vraie avec des recherches poussées sur tout l'univers ce que j'ai tout de suite trouvé intéressant. De plus, Raph étant végétarien, j'ai apprit bien des choses sur le sujet.

L'autrice a toujours une plume fluide, douce et percutante ce qui rend le récit plus addictif qu'il ne l'est déjà.








[Chronique] Je te le promets - Mandy Fabret



Titre : Je te le promets
Auteur : Mandy Fabret
Autoédition
Genres : Nouvelle, Romance
Pages : 22
Sortie : 19 Octobre 2017
Prix : Numérique






SERVICE PRESSE
En avant première





Résumé : Mathieu et Estelle menaient chacun une vie parfaite jusqu'à ce qu'un drame vienne tout chambouler. Est-ce pour autant la fin du bonheur ou le début d'une nouvelle histoire? Quand l'amour fait face à la mort, doit on fermer son cœur pour toujours? Ces deux âmes unies dans le chagrin vont apprendre à leurs dépens qu'aimer ne se conjugue pas forcément au singulier.





Avis : Pour commencer, un grand merci à Mandy Fabret pour la proposition et l'envoi de cette petite nouvelle.

Comme toutes chroniques de nouvelles, je ne parlerais pas de l'histoire en elle-même pour ne spoiler personne sur son contenu.

Sachez que c'est la seconde fois que je lis l'autrice et que j'aime toujours autant son style. Ecrire une nouvelle et écrire un roman n'est pas la même chose, j'ai pourtant trouvé que Mandy s'en sortait plutôt bien avec celle-ci et je l'encourage fortement à poursuivre dans cette voix.

Une plume fluide, légère et agréable, qui nous entraine en quelques mots dans l'histoire qu'elle met en place ici.




[Interviews] Marine Stengel

Bonjour à tous,
 
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est la charmante Marine Stengel qui nous rejoint sur le blog.
 
 
 
 
*****
 
 
Bonjour Marine et bienvenue sur Amabooksaddict,
 
 



1.      Pour commencer, peux tu te présenter en quelques mots ?

Bien sûr ^^ Je m’appelle Marine, j’ai 25 ans et je suis auteure et professeur de français. Je possède aussi un blog littéraire et je suis lectrice de comité pour plusieurs maisons d’éditions. Je suis très curieuse, un peu timide et je m’intéresse un peu à tout. J’aime lire, écrire, dessiner et cuisiner… mais surtout lire ^_^

 

 

2.      Depuis quel âge écris-tu ? Qu'est-ce qui t'a poussé à écrire la première fois ?

Euh, l’écriture c’est assez récent, j’ai commencé à 23 ans. Il y a deux trois ans, j’ai déménagé en Espagne avec ma famille et j’ai pris une année sabbatique. Comme je ne savais pas quoi faire, ça m’a pris d’un coup. Un jour, je jouais au rami et je me suis dit : Pourquoi je n’écrirais pas un livre ? Ce n’est pourtant pas l’imagination qui me manque… Le lendemain, j’achetais un cahier, un stylo et j’ai griffonné mes premières pages 😊

 

 

3.      Pourquoi publier en autoédition ?

À vrai dire, je ne connaissais pas l’auto-édition. Mon roman Zenlia a remporté un concours d’écriture, et c’est la plate-forme Librinova qui s’est occupé de tout. Même si certain le considèrent comme de l’auto-édition ^^

 

 

4.      D'où viennent tes idées pour l'écriture ?

Très bonne question. Je ne sais pas. Ça vient tout seul. Parfois je m’assois devant mon ordinateur et les idées me viennent sur le moment, ou alors je vois quelque chose dans la rue, à la télé ou une phrase et paff ! le projet nait tout seul. Ça peut être un avantage, mais aussi un inconvénient car en ce moment j’ai plus de 30 projets en attente d’être commencés…

 



5.      En quelques mots, peux-tu nous présenter ton/tes roman(s) ?

La Dernière Onde – L’Appel : roman publié aux Éditions Sharon Kena. C’est une dystopie. L’intrigue évolue dans un monde futuriste où les Humains ont été massacrés par des créatures sanguinaires, jusqu’à l’arrivée d’une race qui vient pour les sauver : les Traceurs. Ceux-ci possèdent des pouvoirs magiques et s’entraînent dans une académie de renommée mondiale appelée la Sphère.

Zenlia l’Arbre d’Or : Premier tome d’une trilogie Fantasy. Les suites ont été écrites d’ailleurs, maintenant, j’envoie ce premier roman aux maisons d’éditions.
L’histoire évolue dans plusieurs mondes elfiques rattachés par des dimensions mais divisés par races. Zenlia est un roman que j’ai écrit en très peu de temps, et complètement au hasard maintenant que j’y pense.

Tetsuya : Nouvelle courte qui fait désormais partie de l’anthologie de la Japan Impact et d’Hystérie Éditions. Je raconte l’histoire de Tetsuya, un adolescent japonais qui, un soir, va rencontrer la belle Yuke, une femme à la longue chevelure noire et au passé mystérieux.

La Boîte : Je viens de recevoir la nouvelle, cette nouvelle courte sera publiée chez Livr’s Éditions. Il s’agit d’une histoire dystopique sur fond d’horreur et de policier, genre auquel je n’ai jamais osé m’attaquer.

 

 

6.      As-tu d'autres projets à venir ?

Ouf ! J’en ai des dizaiiiiines !

 

-          À la croisées des mondes sera une tétralogie Fantasy co-écrite avec Aurélie Chateaux-Martin. Les tomes 1 et 2 ont été terminés.

-          Il était une fois… une reine, est mon projet actuel. Toujours dans le Fantasy, je ne vais pas raconter tout de suite l’histoire car même moi je ne sais pas encore où je vais avec ce roman ^^

-          Plusieurs romances mythologiques sont en attente.

-          Je dois écrire la suite de la Dernière Onde qui devrait se diviser en cinq volumes.

-          La suite de mes romans elfiques… une bonne dizaine de projets en tout.

-          Une dystopie assez particulière, dont je ne peux pas encore parler maintenant…

-          Mevven, une histoire d’amour, et le tome 5 de Zenlia (je n’ai pas encore écrit le 4… oui c’est normal ^^)

-          Et tant d’autres… je me contente de noter mes idées, mais j’ai de quoi m’occuper pendant des années…

 

 

7.      As-tu un rituel particulier avant - pendant - après l'écriture d'un roman ?

Euuuh… pas que je sache. Parfois je mets de la musique… sinon c’est un film, ou je me sers une tasse de thé… ça dépend de mon humeur je pense ^^

 
 


8.      Pour finir, un dernier mot ?

Un grand merci à toi pour cette interview, pour prendre de ton temps pour faciliter la visibilité aux auteurs (confirmés comme amateurs). Et un immense merci pour la superbe chronique que tu as fait sur Zenlia 😊
 
 
 
 
*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Marine pour ta participation et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver l'autrice sur son site, Facebook, Twitter, son blog ; Dernière Onde est disponible sur Amazon et le site de la Maison d'Edition.
 
 

mercredi 18 octobre 2017

[Interviews d'Illustrateurs] Mikonow

 
Bonjour à tous,
 
On se retrouve aujourd'hui pour une nouvelle interview et c'est Noémie alias Mikonow qui nous rejoint sur le blog.
 
Vous la connaissez surement, elle est contributrice chez l'Attelage et a réalisé les couvertures des deux premières parties du roman de Marion Roudaut ainsi que des illustrations des protagonistes de cette même saga.
 
 
 
 
*****
 
 
 
Bonjour Noémie et bienvenue sur Amabooksaddict,
 
 
 
 
1. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Noémie, alias Mikonow sur internet, je suis étudiante en Art à Angoulême & j'adore les animaux ! Je suis une grande friande de fantasy et science fiction. J'adore aussi préparer des scénarios d'histoires, activité que je commence à préférer au dessin ehe.

Si aujourd'hui on a cette petite entrevue, c'est que je suis contributrice à l'Attelage depuis mai 2015. Je travaille principalement sur Le Livre du Destin de Marion Roudaut dont j'ai fais les couvertures et quelques portraits des personnages principaux !





2. Depuis quel âge dessines-tu? As-tu pris des cours ou c'est un talent naturel?

D'aussi longtemps que je me souvienne, j'ai toujours dessiné. Quand j'étais au collège, il y avait une fille que j'avais prise comme rivale et pour savoir qui de nous deux était la meilleure, on dessinait les mêmes dessins tirés généralement de manga -principalement Naruto.

J'en profite pour dire que la copie de dessin de « maîtres » est très importante au début de l'apprentissage du dessin car elle permet d'acquérir ses premières bases en anatomie et de nourrir son futur style. Souvent, et depuis quelques années, les dessinateurs se retiennent de « copier » prétendant que ce n'est pas bien, qu'ils aimeraient tout apprendre comme ça sur le tas, mais tant que cela reste un entraînement et que vous citez vos sources il n'y a pas de mal. C'est même nécessaire dans le développement d'un dessinateur ! Que ce soit des grands peintres, des extraits de bande dessinées, ou même les dessins de votre super pote qui dessine trop bien, c'est toujours très enrichissant de faire des études de ce style. Sachez qu'avant les peintres allaient copier directement les œuvres d'autres peintres dans les musées, comme quoi !

 
Et du coup, je n'ai jamais vraiment pris de cours de dessin, excepté une année de fac ou j'allais rejoindre un auteur de BD (Fred Campoy) chaque jeudi après-midi pour faire ces exercices de copies essentiellement et prendre un petit thé aha !

Clairement, je me vois comme une autodidacte. Et là vous allez me dire « ouuuuuuuui mais tu es en école d'aaart, c'est pas si vraaaaaaaaai ». Hmmm… Ahahhah… ! Oui en effet ! Je suis en école d'art et pas en école de dessin ! J'y étudie les arts en général et cela va de la photo à la sculpture, de la vidéo à la peinture, et même que nous avons des cours de BD mais… Jamais personne ne nous y apprends à dessiner. Il y a des cours de nu mais la seule personne qui pourra vous aider c'est vous même, et la seule façon de progresser, c'est dessiner encore et toujours sans rien attendre de personne… Keep fighting !





3. C'est actuellement ton métier ou une passion ?

Au début c'était une passion, puis c'est devenu une partie de mes études. Il m'arrive de dessiner pour me détendre et pour me faire plaisirs mais c'est devenu de plus en plus rare malheureusement. Si c'est devenu plus un travail qu'une passion, j'ai surtout développé des « à côtés » très, voire troooooooooop chronophage comme les jeux vidéos. Aha. :') Je suis un gros déchet grrrr.





4. Quelle(s) technique(s) utilises-tu ? (Peintures, numérique, etc..)

Je touche à tout, mais je suis plus à l'aise dans le numérique que je maîtrise plus que le reste, c'est sur et certains ! Mais d'ici quelque jours, je vais devoir me mettre sérieusement à l'encre de chine et à la peinture à l'huile ainsi que les mixed medias. Donc qui sait, peut être que ça va évoluer ?





5. Qu'aimes-tu dessiner ?

Principalement des figures féminines. Je trouve l'anatomie des femmes assez fabuleux, et les courbes que l'on possède permet de faire des figures hyper dynamique, j'adore ! J'adore aussi peindre (au numérique) des scènes stellaires. Je suis fascinée par le ciel et les astres ! (#^-^#)





6. As-tu un rituel particulier avant de dessiner ou tu peux le faire n'importe où/quand?

Je n'ai pas spécialement de rituel mais quand je dessine je suis à 100 % dedans. J'écoute généralement de la musique type classique (surtout des ost de films, anime, et jeux vidéos) tout en dessinant et si on tente de communiquer avec moi ça se solde principalement par un échec… Dessiner c'est comme changer de plan d'existence : je suis tellement absorbée que quand je suis lancée, je pourrai continuer de créer pendant des heures. Mais bon, le plus dur, c'est de me lancer ahaha... damn.

Et malheureusement je ne peux pas dessiner dans toutes les conditions du monde. J'ai besoin d'une table et d'une chaise si non je ne le supporte pas... et mon dos non plus. ← *dos de mamie*





7. Aimerais-tu tester de nouvelles méthodes ? Si Oui, lesquelles ?

La gravure et la lithographie me tentent énormément, et bientôt je vais pouvoir en abuser allégrement grâce à l'atelier édition de mon école ! Eeeeeeeeeeeh !

Après en ce moment, j'ai de grosses envie de travailler de plus en plus avec de la matière épaisse (cuir, bois, métal, pvc...) Je crois que cette envie me date de la Japan Expo quand Naraxir nous a montré encore une fois à quel point elle maîtrise le cuir justement. *-* Dans l'art tout est toujours en constante évolution et il faut se renouveler constamment. Ce serait bête de ne se satisfaire que d'un aspect proposé parmi toutes les choses possibles et réalisables dans le domaine.





8. Qu'est-ce qui te passionne autant dans le dessin ?

Hm, je ne sais pas. A vrai dire, j'ai toujours dessiné car j'aimais ça. Ensuite, j'en ai fais mes études pour deux raisons : de un, la pression parentale. Alors ça peut paraître un peu fou, mais mes parents m'ont poussée vers mes études d'art alors que 75 % des gens en art* ne sont pas encouragés par les leurs… Quand ils ont vu que j'étais « douée », plus jeune, ils ont dit « tu devrais travailler dans l'animation/la bande dessinée/la mode ». Moi jeune et influençable (comme aujourd'hui rien n'a changé à vrai dire duh), je me suis dit « OUAIS DE OUF TROP BIEN JE VAIS FAIRE CA ! ». Du coup, here i am. Mais, comme je l'ai dit, ce n'est pas l'unique raison ! Et la deuxième est beaucoup plus personnelle… De mon point de vue, le dessin est une fenêtre ouverte sur un autre monde. Il permet de s'évader et grâce à lui on peut partager des émotions, des idées, et découvrir de nouvelles choses. Pour moi, c'est un moyen d'arriver à raconter des histoires et émouvoir. Toucher les gens en plein cœur.

* les stats sont mises au pif et en fonction de mes rencontres.







Sous forme de "Si tu étais ... tu serais?" Je vais te poser 5 questions..

Si tu étais une chanson, tu serais ?

J'aurai pu dire I'm Blue da ba dee da bu daaaaah (Eiffel 65), mais j'ai encore changé ma couleur de cheveux. J'ai abandonné mon bleu pour du blond (henné). :3



Si tu étais une série, tu serais ?

Avatar le dernier maître de l'air ! Meilleure série du MONDE. La légende de Korra est vraiment bien, mais n'égalera jamais son aîné. :p



Si tu étais un élément, tu serais ?

L'eau (car tu peux contrôler la glace, le sang -donc le corps-, et surtout soigner ! ehehe cf. Avatar).



Si tu étais un pays, tu serais ?

Le Japon (manga) ou la Corée du Sud (jeux vidéooos) ~



Si tu étais un manga (ou une BD), tu serais ?

Naruto, désolée si je fais des déçus, mais c'est un peu ma BIBLE. Genre. Ouais. Au moins... Ma BIBLE. Plus sérieusement, c'est Naruto qui m'a donnée l'envie de dessiner et de, un jour, devenir auteur de bande dessinée. J'ai jamais autant été secouée dans mes lectures/visionnages qu'avec Naruto... Et ça me donne envie de faire la même chose : émouvoir. 

 
 




*****
 
L'interview touche à sa fin, merci Noémie pour ta participation et à très vite.
 
Vous pouvez retrouver ses œuvres sur Facebook, Tumblr, deviantArt et Instagram en sachant que tous les réseaux sont à jour, le premier est plutôt utilisé pour les annonces alors que les trois autres sont des galeries.
 
Personnellement je trouve ses dessins vraiment très beaux, d'ailleurs, je vous en laisse quelques uns juste ici. J'espère qu'ils vous plairont.